Vincent Labrune-Didier Deschamps
Le président de l'OM Vincent Labrune et son ancien entraîneur Didier Deschamps | AFP - FRANCK FIFE

De Didier Deschamps à Jean-Pierre Bernès, tout le monde déglingue Vincent Labrune

Publié le , modifié le

Le jour d'une demi-finale de Coupe de France contre Sochaux, au lendemain de l'éviction de Michel, l'OM fait les gros titres de la presse en raison d'un article publié ce mercredi par le Canard Enchaîné. L'hebdomadaire relate le rendu des écoutes téléphoniques ordonnées par des juges marseillais pour une enquête sur l'OM. Vincent Labrune en prend pour son grade, de la part de tout le monde. De Bernard Tapie à Jean-Pierre Bernès, en passant par Didier Deschamps.

Décidément, la saison de l'OM est rocambolesque. Sur le terrain où Michel a (enfin?) payé les mauvais résultats de son équipe et a été viré ce mardi. En coulisses aussi où après l'affaire Didier Dechamps dont les conditions de son départ de l'OM soulèvent des questions, c'est une autre affaire, celle des extorsions de fonds en bande organisée et d’association de malfaiteurs qui fait la une. Le Canard Enchaîné s'est procuré le contenu des écoutes téléphoniques ordonnées par des juges marseillais et menées depuis plusieurs années. Et le tableau n'est pas joli-joli. Pour l'environnement du club phocéen et pour ses dirigeants.

Jean-Pierre Bernès, l'agent le plus puissant du foot français, qui s'occupe des affaires de Didier Deschamps, Laurent Blanc, Franck Ribéry, Samir Nasri ou encore Antoine Griezmann, dressait un décor peu idyllique à un de ses poulains Florian Maurice. L'agent recommandait à son joueur de ne pas s'afficher avec certaines personnes (Bernard Barresi, braqueur notoire, et son frère Jean-Luc, agent de joueur condamné pour extorsion de fonds), en prenant l'exemple d'André-Pierre Gignac, transféré à l'OM durant l'été 2010. "Ils te menacent. Ils te le font à l’envers. Ils te le font dans tous les sens. Et toi, tu sais plus où tu es. Toi, tu as peur (…). Tu vois, Gignac. C’était son dernier match à Toulouse. Il rentre chez lui à minuit. Il reçoit un appel de Barresi et de Karim Aklil (un autre agent, ndlr). Ils lui donnent rendez-vous à l’aéroport. Il était minuit et ils lui ont dit : 'Tu vas venir à Marseille et tu dis à ton agent de dégager vite'." 

Labrune, la cible

Mais la principale "victime" de ces écoutes n'est autre que Vincent Labrune, l'actuel président de l'OM. Il est surnommé le "chevelu" par Jean-Pierre Bernès et le milieu marseillais. Détesté, il fait l'unanimité contre lui. De Bernard Tapie à Charles Villeneuve, ancien président du PSG. "C’est un enculé, c’est un petit pédé, c’est rien du tout ! Une truffe intégrale", lance Bernard Tapie. Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France et ancien entraîneur de l'OM entre 2009 et 2012, a emboîté le pas à celui qui était son boss au moment de la victoire de l'OM en Ligue des champions en 1993. "C’est une enculerie, j’ai envoyé un scud à Vincent, je t’explique pas (au sujet d'un article écrit sur lui, ndlr). Il a pas réagi, mais il joue au fils de p..., hein. Je te le dis, c’est lui qui a fait l’article, hein ! Pour sauver sa petite tronche, il me fout sur la gueule !".

Bernès, lui, assure que Vincent Labrune est "aux mains des voyous, tenu par les c.......". Enfin, last but not least​, Charles Villeneuve, président du PSG de mai 2008 à février 2009, dont on ne sait pas trop ce qu'il vient faire là, échange avec Jean-Pierre Bernès, au sujet de leur ennemi commun : "Et l’autre con de chevelu, là ! Faux jeton de première classe ! Putain, il faudrait lui mettre une bouteille de Coca dans le c.. et lui faire péter le sphincter !". Bref, une nouvelle pierre dans le jardin de l'OM qui joue une partie de sa saison ce mercredi soir en demi-finale de Coupe de France contre Sochaux.

Lire aussi : Sochaux-OM, le coup de grâce ou le coup de fouet