L1 Marseille Auxerre acapandie fanni 052011
Vincent Acapandie (à gauche) devance Rod Fanni | AFP-Horvat

Coup de froid sur Marseille et Lyon

Publié le , modifié le

L'intérim marseillais en tête de la L1 n'aura duré qu'une journée. Quatre jours après son succès sur Nice, l'OM n'a pas réussi à enchaîner contre Auxerre malgré l'ouverture du score de Valbuena (1-1). Lille récupère donc la tête et voit même Lyon s'éloigner après la défaite des Gones à Toulouse 2-0. Avec le titre, l'OL a perdu les pédales en terminant le match à neuf. Vainqueur 4-0 à Nice, Caen a lui fait un pas vers le maintien. St-Etienne et Monaco ont fait 1-1.

L'OM rate sa cible
On ne dira jamais assez qu'il est difficile de gagner deux fois d'affilée à domicile. Flamboyant face à Nice, Marseille a été stoppé net dans sa progression par une courageuse équipe d'Auxerre. Copieusement dominée (20 tirs à 4), l'AJA a toujours cru en ses chances et rapporte un bon nul 1-1 du Vélodrome. En difficulté depuis son arrivée en Bourgogne, le Sud-coréen Jung Jo-gook traduit à lui seul l'état d'esprit auxerrois. Lancé en profondeur, c'est lui qui allait égalisé à la 77e minute. Décisif depuis plusieurs semaines, André Ayew n'a pas eu sa réussite habituelle. Si son centre est à l'origine du but de Valbuena (56e), l'attaquant olympien a eu la balle de match sur un tir en pivot à l'ultime seconde du match. Son ballon a frôlé le poteau d'un Sorin impeccable tout au long du match. L'OM laisse donc échapper deux points et redonne le commandement à Lille, large vainqueur d'Arles-Avignon samedi (5-0).

L'OL, du rose au rouge
La chance a fini par tourner. Lyon avait frôlé la correctionnelle contre Montpellier (3-2). La récidive n'a pas eu lieu contre Toulouse qui s'est logiquement imposé 2-0. Héros de Gerland mercredi, Gourcuff était cette fois titulaire. Bien en jambe sur le flan gauche, il a bien tenté d'impulser le mouvement mais l'OL n'y était pas, dépassé par l'engagement toulousain. Cetto a débloqué le match sur une tête victorieuse (29e) avant que Cissokho ne trompe son propre gardien pour le doublé du TFC (68e, csc). Surpris par la volonté des Toulousains, Lyon a tenté de rivaliser dans l'agressivité mais n'a récolté que deux cartons rouges. Pour son retour à la compétition, Bastos a reçu deux cartons jaunes en une minutes tandis que Cissokho est sorti après un tacle violent. Sale journée pour les Gones qui peuvent quasiment dire adieu au titre. Quant à la 3e place, elle tient pour le moment grâce à une meilleure différence de buts face à Paris (+22 contre +16).

Caen, la fleur au fusil
Cela faisait bien longtemps que Caen n'avait pas été à pareille fête à l'extérieur. Conscients de disposer d'un calendrier difficile, les Normands n'ont pas raté ce match chez un concurrent direct pour le maintien. Réaliste en première mi-temps, Malherbe a enfoncé de pauvres niçois réduits à dix après l'exclusion de Civelli pour un tacle sur Mollo. Ce fût la double peine pour l'Argentin puisque sur le coup franc, l'ancien monégasque se faisait justice et portait déjà le score à 2-0 (45e). La peur avait changé de camp. Les deux buts de Hamouma (89e) et El-Arabi (90e+1) sont eux plus anecdotiques même si cela renfloue un peu la différente de buts caennaise, 15e mais avec 1 pt d'avance sur Nancy, 18e.

Montpellier peine à la Mosson, St-Etienne dans le Chaudron
Il n'y a pas eu de 7e victoire de la saison à domicile pour Montpellier. Les Héraultais confirment leurs difficultés à La Mosson. Face à des Brestois très regroupés et venus chercher un point, Montpellier a manqué de créativité et concède un 0-0 logique. Dans la course à l'Europe, ce nul laisse la main à Lorient, d'autant que les Verts ont eux aussi calé à domicile contre Monaco. Malgré une énorme domination en première période et une ouverture du score de Payet (12e), l'ASSE s'est fait rejoindre sur une sortie aérienne manquée de Janot (but de Welcome, 31e). Dire que le portier forézien fêtait son 383e match, un record, dans la cage stéphanoise (il dépasse le mythique Ivan Curkovic). Le poids de l'histoire était sans doute trop lourd...

Réactions

Didier Deschamps (entraîneur de St-Etienne) : "Je m'attendais à cette configuration de match, face à une équipe bien regroupée et patientant pour les contres. Nous avons fait de très bonnes choses, mais nous n'avons pas été récompensés, c'est cruel. Nous avons eu les opportunités pour nous mettre à l'abri, mais une inattention défensive nous coûte la victoire. Il reste cinq batailles à livrer, dont une importante à Lyon."

Jean Fernandez (entraîneur d'Auxerre): "Sur la physionomie du match, je ne sais pas si ce résultat est mérité, mais dans notre situation, tout point est bon à prendre. Je suis un peu inquiet, ce sera très très compliqué, lorsqu'on voit par exemple la victoire de Caen à Nice, mais on va s'accrocher jusqu'à la fin. Pour nous, ce n'est pas facile depuis 2 ou 3 mois, nous avons perdu beaucoup de joueurs importants, Pedretti est ainsi absent jusqu'à la fin de saison. Mais nous avons fait preuve ce soir de beaucoup de solidarité et affiché des valeurs, notamment en ne craquant pas après le but, avec des jeunes qui sont bien entrés. Et en nous appliquant dans la dernière passe, on aurait même pu réaliser un hold-up, c'est dommage".

Claude Puel (entraîneur de Lyon): "Ce soir, nous n'avons jamais réussi à entrer dans le match. On a subi la première mi-temps. En seconde mi-temps, on n'a pas su rejouer malgré la rentrée de Bafétimbi Gomis, on n'a pas su retrouver cet esprit conquérant. On a facilité la tâche des Toulousains en étant très timorés dans le jeu, notamment en première mi-temps. On voit la perspective du titre s'éloigner, mais il reste cinq matches et il faudra les jouer à fond".

Alain Casanova (entraîneur de Toulouse): "La victoire est amplement méritée. On a une emprise totale sur le match, un contrôle sans partage de celui-ci. Je crois qu'on n'a pas concédé d'occasions sur le match et on s'en est créé un bon nombre. Le score aurait pu être plus important. Ce que je retiens c'est l'état d'esprit de mon équipe, la volonté que les joueurs ont mis de remporter les trois points. Il y a eu une maîtrise très importante. Mon équipe a imposé un défi physique et l'a remporté".

René Girard (entraîneur de Montpellier): "Je m'attendais à un match difficile. Après les deux matches face à Marseille et à Lyon, il fallait s'attendre à un coup de mou dans le jeu. Comme c'est souvent le cas pour le troisième match de la semaine. En première période, on n'a quasiment pas joué. On n'a pas répondu. On a été plus tonique en seconde période, après avoir redéfini le dispositif. Même si cela a été un peu mieux, dans le dernier geste, il nous manquait quelque chose. C'est dans la continuité de nos derniers résultats à la Mosson. Ce n'est pas un résultat très positif, mais ce n'est pas catastrophique pour la course à la sixième place".

Alex Dupont (entraîneur de Brest): "Nous avons gagné un point. Nous avons fait une bonne première période où l'on se crée des occasions, notamment la plus belle occasion du match. On a bien maîtrisé cette première mi-temps. On n'a pas raté notre match sur le plan offensif. On voulait avant tout faire un match solide en défense pour prendre Montpellier en contre. Notre déchet technique, notre manque de maîtrise collective nous a empêché de faire mieux en seconde période. C'est malgré tout un bon point pour nous".