Coronavirus : la Ligue 1 veut maintenir les matches "tant que 20 joueurs par effectif sont négatifs"

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Didier Quillot
Didier Quillot, le directeur général de la LFP. | FRANCK FIFE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Les clubs professionnels de football, favorables à un "aménagement" du protocole médical, espèrent voir les matches de Ligue 1 maintenus "tant que 20 joueurs" de chaque équipe "sont négatifs" au Covid-19. Une annonce faite ce mercredi par Didier Quillot, le directeur général exécutif de la Ligue.

Un Conseil d'administration de la Ligue de football professionnel (LFP), mercredi, a "adopté le principe (...) d'une règle qui dirait que tant que 20 joueurs de l'effectif sont négatifs, alors le match peut être maintenu", a expliqué Didier Quillot à l'AFP. Alors que le protocole médical actuellement en vigueur remet en cause la tenue d'un match à partir de quatre cas de contamination au Covid-19 dans une équipe, les clubs espèrent en effet un assouplissement de la part des autorités.

Réunis dans un "groupe de travail Covid créé cette semaine" et regroupant notamment des médecins de clubs dont ceux du Paris SG et de Lyon, ils ont "recommandé au Conseil d'administration cette règle des 20 joueurs de l'effectif", a détaillé Didier Quillot. Concrètement, cette règle impliquerait le maintien des matches tant que 20 joueurs, à partir d'une liste préalable de 30 joueurs par équipe, sont négatifs, a-t-il encore indiqué, expliquant être "en contact quotidien avec les pouvoirs publics" pour avancer sur le sujet, sans toutefois indiquer de calendrier pour la mise en place éventuelle de cet assouplissement.

Collaboration étroite avec le gouvernement

La Ligue souhaite voir s'appliquer un "principe de subsidiarité" : le gouvernement aurait la compétence de "la gestion des cas positifs et de l'entraînement des cas contacts", la Ligue celle de "définir les conditions dans lesquelles un match peut être reporté", en tant qu'organisateur de compétition. Les clubs souhaitent se rapprocher du modèle mis en place cet été par l'UEFA pour ses compétitions : celui-ci permet la tenue des matches tant que 13 joueurs dont un gardien sont négatifs.

A titre de comparaison, le protocole de la Ligue nationale de rugby pour la reprise du Top 14 est plus strict: une rencontre est remise en cause à partir de trois cas positifs dans un même groupe professionnel dans les trois jours précédant un match. "L'objectif est clair, partagé par tous, il faut jouer les matches, jouer tous les matches", a insisté Didier Quillot, alors qu'une rencontre (Marseille/Saint-Etienne) a pour le moment été reportée et que le PSG a vu trois de ses joueurs (Neymar, Di Maria, Paredes) être testés positifs.

à voir aussi Ligue 1 : Le Paris Saint-Germain annonce deux suspicions de Covid-19 parmi ses joueurs Ligue 1 : Le Paris Saint-Germain annonce deux suspicions de Covid-19 parmi ses joueurs

En tout, "50 cas positifs" (joueurs et encadrement) ont été déclarés à la Ligue depuis le 31 juillet, a précisé M. Quillot. En Conseil d'administration mercredi, la Ligue a aussi abordé la question de la jauge à 5.000 personnes dans les stades, alors que trois équipes du Top 14 ont obtenu une dérogation préfectorale pour dépasser cette jauge lors de leurs prochains matches.

"Le football et le rugby ont la même problématique"

"Nous considérons que le football et le rugby ont la même problématique et le même savoir faire en matière d'accueil du public, des protocoles quasiment identiques et nous souhaitons donc que les préfets nous donnent des dérogations", a lancé Didier Quillot. Le directeur général exécutif de la LFP a également indiqué avoir écrit au président de la République et au Premier ministre "pour demander des compensations financières" relatives au maintien de cette jauge. Compensations estimées par le quotidien L'Equipe à plus de 100 millions d'euros.

à voir aussi Claude Puel tance le manque d'anticipation des instances du football face à la crise du Covid-19 Claude Puel tance le manque d'anticipation des instances du football face à la crise du Covid-19
AFP