Coronavirus : La Ligue 1 doit-elle aussi s'arrêter ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
André Villas Boas, l'entraîneur de l'OM
André Villas Boas, l'entraîneur de l'OM | AFP - PASCAL PAVANI

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Alors que les championnats d'Italie et d'Espagne ont été suspendus par les autorités en raison de la pandémie de Covid-19, le championnat de France continue, pour le moment, sa route. Mais des voix s'élèvent, parmi lesquelles celle d'André Villas Boas, l'entraîneur de l'OM, appelant à mettre la Ligue 1 et la Ligue 2 sur pause.

"Mon opinion est qu'il faut tout suspendre le plus vite possible. En Chine on a tout suspendu alors qu'en Europe on prend plus de liberté avec les règles." André Villas Boas, l'entraîneur de Marseille, a mis les pieds dans le plat lors de la conférence de presse de son club à deux jours de jouer à Montpellier. Pour le technicien portugais, qui connaît bien le championnat chinois pour y avoir officié une saison (à Shanghaï), cet affrontement ne devrait pas avoir lieu.

Il est vrai qu'alors que le gouvernement italien a préféré interrompre le championnat de Serie A (et tous les autres) face à un virus qui envahit tout son territoire, et que la Ligue espagnole a décidé ce matin d'en faire de même après notamment un cas positif au Real Madrid (dans l'équipe de basket qui fréquente les mêmes lieux de vie que les footballeurs), que le basket européen a baissé le rideau et que tous les sports (cyclisme, tennis, sports mécaniques...) se mettent peu à peu en mode hibernation, le foot français reste plus progressif dans ses décisions. Dans l'attente de la déclaration du président de la République, Emmanuel Macron, ce jeudi soir, qui pourrait donner un coup d'accélérateur aux mesures de restrictions face à ce qui est devenu une pandémie, c'est le huis clos qui est imposé.

PSG-Dortmund, le huis clos qui prouve son inefficacité

Sauf que cette mesure, mise en place pour le match de Ligue des champions entre le PSG et le Borussia, a prouvé qu'elle n'était pas la solution pour éviter les regroupements. Certes, il n'y avait pas 45 000 personnes dans les tribunes du Parc des Princes, mais les centaines de supporters massés devant le stade, sans oublier tous ceux qui s'étaient rassemblés dans des établissements pour suivre le match à la télévision, vont totalement à l'encontre de cette volonté de limiter les échanges. "Les supporters près du Parc c'était un vrai spectacle mais la chose la plus importante, c'est la santé", a fait remarquer André Villas Boas. "Imaginez combien de personnes viendraient près du Vélodrome si c'était autorisé pour OM-PSG. C'est incroyable qu'une chose pareille soit autorisée. Je trouve terrible que le Portugal n'ait pas pris de mesure, c'est une honte pour moi."

Pour le technicien portugais, la décision prise en Italie et en Espagne doit trouver écho partout, y compris en France : "J'espère que l'on restera à la maison s'il y a une quarantaine." Il est même prêt à suspendre son salaire, dans un club qui, on le sait, est en proie à quelques difficultés liées au respect du fair-play financier.

à voir aussi Coronavirus : La Liga suspendue, le Real Madrid en quarantaine Coronavirus : La Liga suspendue, le Real Madrid en quarantaine

Si l'UEFA a décidé de reporter à mardi sa décision concernant la poursuite de la Ligue des champions mais également le prochain Euro en juin, et alors que de nombreuses entreprises s'apprêtent à modifier leur fonctionnement pour limiter la propagation du virus, le foot français s'interroge. Jusqu'à quand ?