Hamouma - St-Etienne Bastia
La rentrée de Romain Hamouma, vainqueur du pénalty de la victoire, a dynamisé St-Etienne | Maxppp - Yves Flammin

Contre Bastia, les Verts de nouveau sur le fil

Publié le , modifié le

Comme face à Paris puis à Mayence, l'AS Saint-Etienne, reine du money time, a dû attendre les ultimes secondes de la rencontre pour dominer le SC Bastia (1-0), lors de cette 5e journée, grâce à un penalty inespéré, transformé par Romain Hamouma. Cette fois, ce n'est pas Robert Beric qui, en tout début de match avait loupé un premier penalty, a sauvé les Verts. Malgré ce précieux succès, le groupe dirigé par Christophe Galtier s'est montré bien laborieux, avant d'empocher les trois points sur le fil.

Malgré une possession de balle largement à leur avantage (60%) en première période, les Verts montrent leurs limites actuels en terme de réalisme. Outre le penalty bien généreux et manqué par Robert Beric dès la 7e minute, les joueurs de Christophe Galtier butent ensuite systématiquement sur un Jean-Louis Leca efficace et inspiré dans son but. Les Corses prennent même confiance au fil de la partie et, par Allan Saint-Maximin ou Lassama Coulibaly, auraient même pu surprendre Stéphane Ruffier, revenu après sa suspension européenne.

Après la pause, le jeu se durcit et devient plus haché. Frustré par le manque de réalisme de ses hommes, Christophe Galtier décide alors de lancer Romain Hamouma à l'heure de jeu. Et c'est ce dernier, au terme d'un ultime assaut dans la surface corse (94e minute), qui obtient, après s'être écroulé sur l'intervention de Yannick Cahuzac, le penalty salvateur. Malgré la colère bastiaise, l'ancien Caennais ne se déconcentre pas et offre les trois points à des Verts bien pâles.

Galtier : "les joueurs ont su être opiniâtres"

"Il était important de gagner, a commenté après coup Christophe Galtier. Les joueurs ont su être opiniâtres jusqu'au bout. Cela aurait été cruel de ne pas l'emporter. L'équipe a livré un match total et complet. C'est aussi cruel pour Bastia de perdre comme ça, dans les dernières secondes. Il n'y a aucune contestation à avoir sur le penalty à la 90e minute. L'arbitre a su prendre ses responsabilités. J'y ai cru jusqu'au bout et mes joueurs aussi. Cela s'est joué à peu de choses. Nous avons eu des situations. Le gardien Jean-Louis Leca a livré un grand match. L'équipe a joué avec beaucoup d'enthousiasme et, au moment où j'ai senti que l'adversaire commençait à souffrir, la profondeur du banc a fait la différence. Le fait de gagner dans les dernières minutes est important. La saison dernière, cela nous a longtemps fait défaut. Le banc nous permet d'avoir des joueurs entrant décisifs."

Son homologue François Ciccolini, à la sortie du vestiaire bastiais, avait du mal à avaler la pilule, tout en admettant que son équipe avait connu bine des lacunes dans le jeu : "Nous avons été trop moyens dans les trente premières minutes et avons eu, à l'inverse, une très bonne fin de première période avec quelques situations. Le jeu s'est plus équilibré mais, sur la fin, nous avons trop reculé. Je ne veux pas polémiquer sur le penalty, s'il y est ou pas. Chacun se fera son idée. Je n'ai pas encore vu les images. Par rapport à la débauche d'énergie fournie, je ne pense pas que nous ayons livré un si mauvais match que cela. Nous avons laissé beaucoup d'énergie dans la première demi-heure au cours de laquelle nous avons trop vite perdu le ballon et nous avons beaucoup couru après."

Nicolas Gettliffe