PSG VS Monaco 12 2010
Lutte acharnée entre Parisiens et Monégasques | AFP - BERTRAND LANGLOIS

Confirmer ou replonger

Publié le , modifié le

A cinq journées de la fin du championnat, chaque point est précieux. Que ce soit pour rester parmi l'élite ou pour aller toucher les étoile. A ce titre, les rencontres de samedi entre Monaco (14e) et le PSG (4e) et entre Nancy (18e) et Lille (1e) s'annoncent décisives. Dans les autres matches de la 34e journée de Ligue 1, Bordeaux (8e) accueille Sochaux (9e) tandis que les Verts (9e) se déplacent sur le terrain de la lanterne rouge, Arles-Avignon.

Avec le podium en ligne de mire et la Ligue des Champions à l'esprit, Paris attend beaucoup de son déplacement sur le Rocher. Avec la menace encore présente de la relégation, Monaco espère également beaucoup de son match face au club de la capitale. Autant d'espoirs laissent logiquement présager une opposition sévère entre les deux formations qui s'étaient séparées, en décembre dernier, sur un match nul (2-2). Quatrièmes du championnat, les Parisiens sont actuellement à égalité de points avec Lyon, 3e et pourraient donc monter sur le podium en cas de victoire. Après un mois de mars catastrophique, les Franciliens ont su se remettre en selle en enchaînant 5 matchs sans défaites (3 victoires et 2 nuls).

Si les Monégasques ont retrouvé le sourire en quittant la zone de relégation lors de la précédente journée, ils doivent toutefois rester vigilants. Quatorzièmes à la faveur d'une bonne série de trois nuls, quatre victoires et seulement deux défaites, les hommes de Laurent Banide ne sont pas sauvés pour autant puisqu'ils ne comptent qu'un point d'avance sur le premier relégable, Nancy. Vainqueur des 4 de ses 6 derniers matches au stade Louis II, le PSG part favori. Mais, à Monaco, l'optimisme reste de mise. "On a fait des bons matchs sans prendre de points et maintenant, on a une occasions ou deux, on la met au fond, explique Daniel Niculae sur goal.com. On est content, mais peu importe comme on joue ou comment on finit le match si à la fin on prend les trois points". A Paris, la méfiance reste de garde comme a pu l'exprimer récemment le défenseur brésilien Ceara : "Dernièrement, Monaco a livré de bons matches à domicile dont il  faut se méfier et ne pas se dire que ça va être facile".

Trois points, c'est aussi ce que Nancy aimerait bien prendre à l'issue de la 34e journée. Mais face au leader lillois, ça risque d'être mission impossible. Le LOSC a en effet le titre à portée de main depuis le 22 décembre dernier et n'est pas prêt à laisser son rêve s'envoler. "On doit rester humbles. On est en tête. On a envie d'y rester", a confié Rudi Garcia il y a quelques jours. En janvier dernier, Lille s'était facilement défait des Lorrains, grâce notamment à un doublé de Gervinho. "On doit tous se mobiliser. Il faut y croire, se battre, a estimé l'attaquant nancéiens Youssouf Hadji. La solidarité, la combativité nous permettront de nous en sortir." Et d'ajouter : "C'est un match qui peut nous permettre de récupérer des points qu'on a perdu, de nous mettre en confiance. Même si c'est le leader, on a des points à prendre, on en a perdu assez. On a tout à gagner." D'autant que Lille comptera pas moins de trois suspendus : Yohan Cabaye, Franck Béria et Ludovic Obraniak.

Dans les autres rencontres, Bordeaux (8e) reçoit Sochaux (7e) pour un duel en vue de la 6e place et donc de la Ligue Europa. Egalement dans la course pour l'Europe, Saint-Etienne (9e) se déplace sur le terrain de la lanterne rouge, Arles-Avignon. Enfin, Lorient (6e), actuel détenteur du strapontin tant convoité, a toutes les cartes pour conserver sa position à l'issue de son match face à Toulouse (11e) au Moustoir.

Isabelle Trancoën