Ben Arfa Nice
Ben Arfa et Nice planent sur la Ligue 1 | VALERY HACHE / AFP

Ce qu’il faut retenir de la 8e journée de Ligue 1

Publié le , modifié le

Victorieux face à Nantes au Parc des Princes, (4-1), le PSG a conforté sa place de leader en profitant de la défaite des Stéphanois face à Nice, tombés à domicile face à la réussite des Aiglons et au brio d’Hatem Ben Arfa. Marseille qui s’enfonce un peu plus dans la crise, Lyon qui piétine et Angers, Reims et Caen qui squattent le haut de tableau… Notre bilan de la 8e journée.

Le leader : un PSG à ​réaction

Si l’on s’en réfère au score, le PSG s’est imposé en patron face aux Canaris samedi (4-1). Pourtant, à y regarder de plus près, les hommes de Laurent Blanc ont réussi à déjouer le temps d’une mi-temps où Cana et ses copains ont profité de parisiens apathiques et hors-sujet pour prendre les devants grâce à un Bammou intenable qui aurait même pu s’offrir un doublé si le poteau de Kévin Trapp n’en avait pas décidé autrement. Mais sûr de sa force, le PSG reste le PSG et n’a pas eu besoin de trop forcer pour régler la mire. Porté par sa triplette Di Maria-Cavani-Ibrahimovic, tous trois décisifs, le club parisien a dicté sa loi en deuxième période pour s’offrir son plus large succès de la saison.

Le revenant : Hate​m Ben Arfa libère le génie

Une équipe à cinq victoires consécutives face à la meilleure attaque de L1… Ce Sainté-Nice sentait bon la poudre. Les musiciens niçois ont parfaitement récité leur partition en éteignant le Chaudron (1-4), bien guidé par leur chef d’orchestre. Après un enchaînement contrôle-reprise de volée grandiose qui permet de redonner l’avantage à son équipe, Hatem Ben Arfa lâche sa baguette et décide de jouer la musique tout seul. En solo, le numéro 9 élimine Clément, Lemoine, Polomat, Pogba puis Perrin avant de tromper Stéphane Ruffier et de faire taire définitivement le Chaudron face au génie retrouvé l'enfant terrible du football français. Résultat de cette démonstration ? Nice fait frissonner la Ligue 1 et se classe 7e, Ben Arfa co-meilleur buteur du championnat avec Edinson Cavani (6 buts) et l’on parle déjà de lui comme possible surprise de la liste de Didier Deschamps jeudi prochain après un début de saison quasi-irréprochable. Enflammade ? Peut-être. En tout cas, on ne peut que se réjouir de retrouver un Hatem Ben Arfa de ce calibre là dans notre Ligue 1.

Le bateau qui coule : l’OM navigue en eaux troubles

"Ce n'est pas une façon d'entrer dans un match de foot. Je n'ai pas d'explication, mais il faut trouver des solutions. Angers a pris les trois points sans faire beaucoup d'efforts. On leur a presque tout donné. Nous avons été en dessous de tout." C’est un Michel remonté contre ses joueurs qui s’est exprimé après le match à La Provence. Car il aura fallu 45 minutes pour que le public du Vélodrome, bien moins nombreux qu’à l’habitude en raison du huis-clos partiel prononcé à la suite des incidents face à Lyon il y a une semaine, puisse enfin voir l’OM développer un jeu incisif et vers l’avant. Malheureusement pour les Marseillais, le tableau d’affichage affiche déjà 1-0 pour le SCO d’Angers et le manque de réussite des Olympiens sera vite punie par un but de Romain Thomas à l’orée du dernier quart d’heure. Le but de Batshuayi en fin de match et la très bonne prestation (encore) de Lassana Diarra ne viendront pas redonner vie à une prestation bien morne des joueurs de Michel. Rémi Cabella en tête. Lui qui devait faire oublier les deux saisons en demi-teinte de Florian Thauvin donne pour l’instant dans le même registre. Talentueux mais constant dans les mauvais choix, pas décisif (0 but et 0 passes décisives en 6 matches) excepté dans sa propre surface, à l’image de sa faute donnant le penalty et l’ouverture du score à Angers dimanche. Cabella, symbole des maux marseillais en ce début de saison qui prendra un autre tournant dimanche prochain avec un déplacement au Parc des Princes.

L’équipe qui inquiète : Lyon passe à l’orange

La "hype" de la saison passé est définitivement terminée. Alors que l’OM s’enfonce un peu plus journée après journée, l’Olympique Lyonnais connaît lui aussi une période de turbulences. Une seule victoire sur les quatre derniers matches, et surtout une prestation plus que fade face aux Girondins (3-1) laissent les supporters rhodaniens dans le flou quant aux performances de leur équipe. Obligé de faire tourner à cause de la répétition des matches ("On a fait le pari de privilégier le match de mardi" a expliqué Hubert Fournier après le match), l’entraîneur lyonnais n’imaginait pas son équipe exploser en une mi-temps et rentrer aux vestiaires avec déjà trois buts dans la besace. Sans imagination et sans envie face à Willy Sagnol et ses hommes, Lyon devra rebondir ce mardi face à Valence en Ligue des Champions. Plus facile à dire qu’à faire, malgré un adversaire espagnol lui aussi en proie aux doutes.

Ils continuent de surprendre : Angers, Reims et Caen se régalent

Alors qu’on leur prédisait une saison probablement galère, Angers, Reims et Caen continuent leur bon début de saison en signant tous trois une nouvelle victoire ce week-end. Plutôt logique pour Caen qui recevait un Gazélec toujours à la recherche de sa première victoire en Ligue 1, le SCO et les Rémois se sont offert le scalp de l’Olympique de Marseille et du LOSC. Des performances de choix qui permettent aux trois équipes de squatter la première partie de tableau et de continuer sur la lancée de leur début de saison canon.

Mathieu Aellen