Alain Casanova
Alain Casanova (Toulouse FC) | PASCAL PAVANI - AFP

Casanova: "envie de faire mon match" face à Ancelotti

Publié le , modifié le

L'entraîneur du Toulouse FC Alain Casanova a souhaité mercredi, qu'en dépit des fortes individualités du Paris Saint-Germain, qui lui sera opposé vendredi lors de la 5e journée de L1, ses joueurs, tout comme lui face à Carlo Ancelotti, aient "envie de faire (leur) match".

Paris, c'est déjà le niveau de la Ligue des champions ?
Alain Casanova
: C'est une équipe de Ligue des champions, nous, on en est loin (sourires). Depuis le début de saison, je vous dis que c'est une chance extraordinaire que Paris ait fait les efforts financiers au niveau de leur recrutement depuis pratiquement plus d'une année. Aller jouer au Parc (des Princes) face à ces types-là, c'est extraordinaire, mais il y a un match à jouer qui va être très compliqué. Surtout qu'ils ont eu un début de saison délicat, et puis le match à Lille a montré leur potentiel, leur valeur. Si à un certain moment, on pensait que Paris n'allait pas être compétitif ou ne pas être présent pour jouer le titre, ce match-là a ramené tout le monde à la raison. Sur les forces en présence, il n'y a pas photo mais on va y aller avec nos qualités en étant très fort sur les plans mental, physique et tactique...

Tactiquement, justement, comment comptez-vous vous y prendre ?
A.C.
: La première idée sera de très bien défendre. Bordeaux ou Lorient l'ont montré, mais y aller uniquement pour défendre c'est subir et à un moment ou un autre, leur talent fera la différence. Si je ne veux pas que mes joueurs regardent les individualités adverses, je ne vais pas le faire non plus. A côté de moi, il va y avoir l'un des meilleurs entraîneurs du monde (Carlo Ancelotti) et j'ai envie de faire mon match. Mon équipe devra faire la même chose.

Y aura-t-il un plan anti-Ibrahimovic ?
A.C.
: Ce sera une réponse collective. On ne sait pas faire -et je n'aime pas faire- (comme Bordeaux, ndlr) avec une défense à trois sur le joueur. On est obligé de tenir compte du fait qu'on aura face à nous un des trois meilleurs joueurs actuels avec Messi, Cristiano Ronaldo et Neymar. Mais en même temps, il n'est pas question de résoudre le problème individuellement.

Qu'avez-vous pensé de la prestation d'Étienne Capoue en Bleu contre la Biélorussie ?
A.C.
: Déjà, il y a une belle victoire française (3-1). Après, il y a une petite fierté personnelle et pour le club qu'Étienne Capoue ait fait un bon match. Je suis très heureux parce qu'un joueur venant de la formation, qui s'impose pratiquement comme un titulaire en équipe de France, c'est une chose importante pour tout le club. Cela rejaillit sur tous les éducateurs qui font un travail extraordinaire.

Il a pourtant joué un cran plus haut...
AC.
: Il peut jouer à tous les postes du milieu axial. Je le préfère en 6, voire en base à deux avec un second milieu récupérateur et surtout le jeu face à lui. Il est capable de se projeter, de transpercer des lignes sur ses prises de balle, sa percussion, mais je pense qu'en même temps on perd ses qualités de récupération, un des points où il aurait pu être meilleur. Il peut jouer très juste dans le jeu court ou long. Mardi, il s'est appliqué à jouer très simple, très vite et à ne pas perdre de ballons.

AFP