Caen contents
Nouvelle victoire pour Caen. | CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Caen redevient dauphin du PSG, nouvelle victoire pour Ajaccio

Publié le , modifié le

Caen est parvenu à stopper sa série de trois défaites consécutives. Face à Guingamp, les Normands retrouvent le goût de la victoire et remontent par la même occasion sur le podium de la Ligue 1. Ajaccio confirme sa bonne forme du moment en s'imposant pour la troisième fois de rang en championnat.

Caen, nouveau dauphin parisien​

La rencontre des « presque voisins » était aussi celle des opposés ce samedi soir. A Caen, après un début de saison tonitruant, les trois défaites consécutives viennent assombrir l’ambiance normande, et font que l’équipe caennaise est redescendue à la cinquième place de Ligue 1. De l’autre côté, Guingamp revient enfin en forme : les hommes de Jocelyn Gourvennec n’ont plus perdu depuis le 22 septembre dernier et leur déplacement à Paris. Une victoire des Normands leur permettait tout de même de pouvoir remonter à la seconde place du classement, à… onze points du Paris-Saint-Germain.

La rencontre démarre sur les chapeaux de roue, avec cette occasion de Coco sauvée de justesse par Vercoutre (8e). Le portier caennais sauve à nouveau son équipe quatre minutes  plus tard, face à Diallo cette fois. Caen subit le match face à des Bretons qui manquent d’efficacité. L’équipe normande parvient tout de même à se créer une belle occasion en fin de première mi-temps, avec Rodelin qui ne parvient pas à cadrer sa frappe alors qu’il était idéalement placé dans la surface guingampaise (44e). Les deux équipes rentrent dans les vestiaires sans avoir trouvé le chemin des filets.

Mais la pause semble salvatrice pour Julien Féret, qui d’une frappe du pied droit ouvre le score en faveur de Caen (62e). Andy Delort vient alourdir le score à la 71e minute. Dorian Levêque permet aux Costarmoricains de garder espoir, avec cette superbe frappe à cinq minutes de la fin du match. Lössl évite à l’EAG de prendre un troisième but en toute fin de période, en repoussant une nouvelle tentative de Bessat (90+3e). Caen arrête ainsi l’hémorragie, et redevient deuxième de Ligue 1, derrière Paris.

La passe de trois pour Ajaccio​

Ce samedi soir Ajaccio, qui est 18e du championnat à égalité de point avec Montpellier (premier non-relégable), avait l’occasion de sortir de la zone rouge. Les Corses sont actuellement dans une bonne passe, avec deux victoires consécutives, eux qui n’avaient marqué que trois points sur les dix premiers matches de la saison. Du côté de Reims, c’est la crise qui guette : les hommes d’Olivier Guégan n’ont remporté qu’un match sur leurs huit derniers, et viennent d’enchaîner quatre défaites de rang.

De Préville marque le premier but de la soirée, dès la 22e minute. Mais l’attaquant rémois est considéré comme hors-jeu par l’arbitre. Les champanois conservent le ballon et dominent la première période. Cette domination n’est pas récompensée, avec Boutaïb qui parvient à trouver l’ouverture à la 34e minute. Ce but relance totalement les Corses, qui prennent totalement le jeu à leur compte. Reims résiste cependant, comme le prouve cette grosse occasion à la 39e par De Préville.

Alors qu’une occasion rémoise trouve la barre transversale à la 71e minute, Ajaccio contre-attaque immédiatement, et trouve le chemin des filets grâce à une superbe frappe de Zoua. Kyei parvient à réduire l’écart à la 77e minute, permettant aux siens de garder espoir. Espoir qui ne sera pas concrétisé, malgré les multiples occasions. Ajaccio remporte sa troisième victoire consécutive en championnat, sans pour autant sortir de la zone de relégation.

Montpellier sauve sa peau

Entre Montpellier et Nantes, la rencontre s’annonçait serrée au Stade de la Mosson. Et pour cause : les Canaris viennent d’enchaîner quatre victoires en cinq matches de championnat, quand les Héraultais tentent de s’extraire de la zone rouge, en étant invaincus depuis trois rencontres. Mais Nantes n’est plus parvenu à gagner depuis le 1er mai 1999 au Stade de la Mosson. Autrement dit un sacré challenge attendait les coéquipiers de Lorik Cana face aux hommes de Roland Courbis.

D’entrée de jeu Jérôme Roussillon prouve la bonne forme des Héraultais, en inscrivant un but suite à une belle action de N’Diaye (12e). Les Nantais manquent de trouver eux-aussi l’ouverture trois minutes plus tard, quand la frappe de Thomasson trouve le poteau droit. Montpellier est bien en place et ne laisse pas d’espace aux Canaris, qui peinent à se créer des occasions.   

En seconde période Nantes parvient à trouver les espaces nécessaires pour développer son jeu. La tête de Moimbe (53e) met la pression sur Montpellier, qui voit les Canaris recoller au score dix minutes plus tard, grâce à la volée de Yacine Bammou. Les hommes de Der Zakarian manquent de peu le deuxième but avec cette belle action de Iloki (75e). Alors que la fin du match est proche d’être sifflée, Hilton vient sauver Montpellier, en inscrivant le but synonyme de l’égalisation. Grâce à ce but à la dernière minute, les hommes de Courbis parviennent à rester en dehors de la zone de relégation. Et Nantes devra attendre 2016 pour espérer s’imposer enfin à la Mosson…

Lille n’avance pas

Entre le 15e et le 16e du championnat, la rencontre s’annonçait serrée au stade Pierre Mauroy. Lille et Bastia ont un point d’écart seulement. Un point pour les hommes d’Hervé Renard leur permettrait de rejoindre les Corses une place plus haut au classement. Les Lillois sont les spécialistes du 0-0 cette saison, une performance qu’ils ont déjà réalisée quatre fois, un record. 

Lille domine l’entame du match, avec 82% de possession de balle. Les Nordistes concrétisent cette domination avec ce poteau de Sofiane Boufal à la 17e minute. Bauthéac profite d’un centre de son équipier pour frôler la transversale suite à une tête (34e). Ce sont les seules occasions à retenir de cette première période.

Les occasions se font plus nombreuses en seconde période, de chaque côté. Gaël Danic ouvre le score à la 73e minute. Le Bastiais, seul au point de penalty, fusille Enyeama, pour ce qui est la première frappe cadrée du match. Lille subit un nouveau coup dur avec cette expulsion de Sofiane Boufal à sept minutes de la fin de la rencontre. Les hommes d’Hervé Renard ne perdent pas espoir et parviennent même à se ressaisir, avec cette égalisation signée Djibril Sidibé à  la 87e. Et c’est un nouveau match nul qui guette les Lillois, qui peinent à concrétiser leurs occasions.

Carton plein pour Lorient

Troyes s’est déplacé jusqu’au Stade du Moustoir avec l’espoir de décrocher sa première victoire en championnat. Mais la lanterne rouge de la Ligue 1 allait devoir batailler face aux Lorientais, dixièmes actuels du championnat, mais qui n’ont pas connu la défaite depuis le 27 septembre dernier.

Dès la 33e minute, Benjamin Jeannot profite d’ailleurs de la sortie hasardeuse du portier troyen Bernardoni pour ouvrir le score. Les Merlus dominent leur sujet, avec 66% de possession de balle.

Cette domination se confirme en seconde mi-temps, où Moukandjo accroît l’avance des Lorientais en inscrivant son huitième but de la saison. Le capitaine troyen Nivet réduit l’écart entre les deux clubs sur penalty (62e), permettant à son équipe de se relancer complètement dans le match. Le suspens reste de courte durée grâce à Ndong qui vient battre Bernardoni et trouver le chemin des filets (78e).  Moukandjo vient conclure le match en marquant son deuxième but de la soirée. 4-1, les Lorientais confirment leur bonne forme du moment, quand les Troyens continuent de s’enfoncer un peu plus dans la crise.