Jean-François Fortin
Jean-François Fortin, président du Stade Malherbe de Caen | CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Caen : du remous entre les actionnaires, Fortin reste à la présidence

Publié le , modifié le

Il y a de l’électricité dans l’air à Caen. Et le courant ne semble plus trop passer entre le président Jean-François Fortin et neuf des treize actionnaires que compte le Stade Malherbe de Caen. Ce lundi soir, une réunion était organisée avec l’homme fort caennais et l’ensemble des dirigeants du club normand. Malgré les contestations, Jean-François Fortin reste à la tête du SMC. Reste à savoir si la situation va s’apaiser en coulisses, alors que les tumultes durent depuis plusieurs mois.

Cela aurait pu être la fin d’une époque à Caen. L’ère Fortin a failli se terminer ce lundi soir, après 16 ans de présidence. Des divergences opposent le président du Stade Malherbe de Caen à 9 actionnaires du club, sur 13. Déjà, dimanche soir, ce groupe de constestataire dénonçait « trop de mensonges, de contre-vérités, de manigances qui pénalisent aujourd’hui le Stade Malherbe », allant même jusqu’à parler d’un « esprit de club menacé, un ADN remis en cause. » Finalement, Jean-François Fortin (71 ans) reste en place après avoir passé une entente entre tous les actionnaires.

Des tensions qui durent...

A ce jour, la répartition des parts entre les actionnaires est égalitaire. Mais selon Ouest France, deux projets de rachats étaient en concurrence : celui de la reprise du SMC par les opposants à Fortin (donc les actionnaires déjà en place), tandis que le président actuel avait formulé une offre de reprise avec Pierre-Antoine Capton, producteur d’émissions TV, telles que C dans l’air ou Des Racines et des Ailes. L’offre formulée a été écartée mais Jean-François Fortin reste malgré tout président, après trois heures d’échanges.

Les tensions entre le boss de Malherbe et le reste des actionnaires traînent depuis quelques temps. Le 22 janvier, le président du Conseil de Surveillance Gilles Sergent, avait fait part de son envie de changement de présidence. Il est notamment reproché à Jean-François Fortin sa gestion du club au quotidien avec Xavier Gravelaine, sans nécessairement consulter l’ensemble des actionnaires. Après pas mal de tumultes, Fortin est toujours à la tête du club. Reste à savoir pour combien de temps. Car cela ne semble tenir qu’à un fil…

Maxime Gil @gil_maxime_34