caen joie 112015
. | AFP

Caen corrige Bordeaux et garde le cap

Publié le , modifié le

Le Stade Malherbe de Caen a une fois encore confirmé qu'il n'était pas dans le peloton de tête par hasard en allant chercher une probante victoire sur le terrain de Bordeaux (4-1), lors de la 15e journée de Ligue 1. Les Normands retrouvent ainsi la deuxième place du classement, avec deux points d'avance sur Angers (3e), et 13 de retard sur le leader parisien. Bordeaux qui a terminé la partie à dix, pointe au 14e rang.

Les hommes de Patrice Garande se devaient de réagir après trois revers d'affilée toutes compétitions confondues. La réaction des Caennais n'a pas tardé, Ben Youssef ouvrant la marque après six minutes de jeu, après avoir profité d'une tentative de reprise de volée de Rodelin, pas suffisamment repoussée par Carrasso (1-0). Après une nouvelle alerte sur les cages bordelaises, Willy Sagnol a préféré changer son organisation, et Guilbert a été sorti pour laisser place à Rolan, dès la 24e.

Delort termine le travail

Déjà à la peine en championnat et éliminés depuis jeudi de la Ligue Europa, les Girondins n'ont pas trouvé les clés pour museler les vifs attaquants adverses. Et même si Khazri a bien tenté sur une belle frappe de 20 mètres de remettre ses camarades dans le bon sens, c'est finalement Caen qui a doublé la mise. A l'affût sur un coup franc de Delort, Da Silva a repris le ballon repoussé par Carrasso (2-0, 56e). Et le défenseur caennais a même réalisé un doublé cinq minutes plus tard sur un corner.

Cette rencontre a alors viré à la débâcle pour Bordeaux lorsqu'au bout d'un contre de 80 mètres, Delort a inscrit le quatrième but (4-0, 77e), pour sceller la 9e victoire du Stade Malherbe. Sagnol regardait impuissant, son équipe prendre l'eau, d'autant que Poko était expulsé à moins de dix minutes de la fin, laissant ses coéquipiers à dix… Crivelli trouvait les ressources pour sauver l'honneur en toute fin de match (4-1, 90e). Si Caen retrouve la deuxième place de L1, Bordeaux reste plus que jamais englué dans la deuxième moitié du tableau, à une bien triste 14e place.

Romain Bonte