Zlatan Ibrahimovic contre Nantes
Zlatan Ibrahimovic a marqué 38 buts sur une saison, avec le PSG en Ligue 1. | FRANCK FIFE / AFP

Ça s'est passé un 14 mai 2016 : Zlatan Ibrahimovic devient le meilleur buteur du PSG sur une saison en Ligue 1, dépassant Carlos Bianchi

Publié le , modifié le

Dernier match à domicile, dernier record. Zlatan Ibrahimovic a une dernière fois illuminé le Parc des Princes le 14 mai 2016 lors de la 38e et ultime journée de Ligue 1. Face à Nantes, le "roi" suédois réalise un doublé (victoire 4-0) et comptabilise 38 buts en championnat, détrônant ainsi la légende argentine Carlos Bianchi, qui avait trouvé le chemin des filets à 37 reprises lors de la saison 1977-1978. Le monarque peut donc quitter la capitale après un règne de quatre ans.

"Je suis arrivé comme un roi, je repars comme une légende". Ce sont les mots de Zlatan Ibrahimovic, postés sur les réseaux sociaux la veille de son dernier match au Parc des Princes contre le FC Nantes. L’attaquant du Paris Saint-Germain, qui totalise à ce moment 36 buts en 37 rencontres de Ligue 1, n’est qu’à une petite unité du record du club sur une saison détenu depuis près de 40 ans par Carlos Bianchi. L’attaquant argentin avait inscrit 37 buts en championnat lors de l’exercice 78-79.

Mais ce 14 mai 2016, le Suédois va rugir une dernière fois dans son antre pour définitivement inscrire son nom dans l’histoire du club de la capitale. Il terminera non loin du record absolu du championnat de France sur une saison détenu par le Marseillais Josip Skoblar avec 44 buts (1970-1971).

Un hommage à la hauteur de Zlatan

Déjà champion depuis de nombreuses semaines, possédant presque 30 points d’avance sur son dauphin lyonnais, le PSG reçoit des Canaris assurés de se maintenir dans le championnat de France malgré une saison mitigée et une 14place obtenue à l’issue de la 38journée. Les Nantais vont devenir les dernières victimes de sa Majesté.  

Ému dans le couloir du stade, Ibra reste concentré sur le terrain, où l’attend une haie d’honneur. Après avoir tapé dans les mains de ses coéquipiers, la légende parisienne renfile son costume de prédilection : celui du buteur au sang-froid. Un rôle qu’il conservera même quand le jeu s’arrête dès la 10minute, moment que les supporters choisissent pour rendre hommage à un joueur, portant le numéro 10, et qui a marqué tout un peuple.

Un doublé, synonyme de record

Zlatan, capitaine du soir, remercie ce geste des fans à sa manière. S’il répond à la clameur du Parc par des applaudissements, il va remercier cette initiative par un geste dont lui seul a le secret, seulement huit minutes plus tard. Au départ de l’action, on retrouve le natif de Malmö. Ce dernier lance Angel Di Maria dans la profondeur. L’ailier argentin crochète Léo Dubois et adresse un centre parfait pour l’ancien barcelonais, qui marque de la poitrine. Moins de 20 minutes de jeu et Ibra égale Carlos Bianchi.

Mais le sérial buteur n’est pas rassasié et va offrir au peuple Rouge et Bleu un deuxième éclair de génie. En tout fin de rencontre (89minute), il "zlatane" sa dernière proie de la tête sur un service de Javier Pastore. Pas besoin du marteau de Thor pour que la foudre s’abatte sur ses adversaires, le joueur de 34 ans - à l’époque - signe un 43doublé et inscrit surtout son 38e but en Ligue 1, sur une saison. Un nouvel exploit, qui efface des tablettes un record vieux de 37 ans. Ironie du sort ou non, l’attaquant sera le dernier buteur de la saison de Ligue 1 2015-2016.

Zlatan ouvre le score de la poitrine contre le FC Nantes, le 14 mai 2016.
Zlatan ouvre le score de la poitrine contre le FC Nantes, le 14 mai 2016. © FRANCK FIFE / AFP

Pour cette dernière sortie parisienne, Zlatan a fait du Zlatan. C'était noël bien avant l'heure. Le carnassier s’est occupé de tout en étant impliqué sur les quatre buts de son équipe (victoire 4-0). Également à l’origine du deuxième but et passeur décisif sur le troisième, l’homme, venu en 2012 en provenance de l’AC Milan pour une vingtaine de millions d’euros, ne pouvait pas rêver meilleur dénouement.

156 buts en 180 matchs avec le Paris Saint-Germain

Peu après son dernier but au Parc des Princes, l’ogre suédois est rejoint par ses enfants sur la pelouse. Venus avec des maillots floqués "King" et "Legend", ils félicitent leur papa-recordman. Ibra sort avant même la fin du match, laissant le PSG à 10 et le brassard à Thiago Silva. Le public est debout pour rendre un dernier hommage à son buteur hors-norme. Une page se tourne.

Zlatan Ibrahimovic sort du terrain, accompagné de ses enfants, le 14 mai 2016.
Zlatan Ibrahimovic sort du terrain, accompagné de ses enfants, le 14 mai 2016. © FRANCK FIFE / AFP

"Je suis très émotionné. C’est un jour très spécial, après quatre ans ensemble où on a gagné beaucoup de trophées. Merci à Ibracadabra", déclare le bourreau des défenses de Ligue 1, souriant devant ses supporters. "J’espère que le club va continuer à gagner beaucoup sans Ibra. C’est difficile mais c’est possible". Du Zlatan dans le texte.

L’ancien joueur de l’Ajax Amsterdam jouera son dernier match sous le maillot Rouge et Bleu, une semaine plus tard au Stade de France en finale de la Coupe de France, contre l’Olympique de Marseille. Une victoire 4-2, qui lui permet de mettre un dernier trophée dans sa collection. Auteur d'un doublé et d'une passe décisive, Ibrahimovic remporte son 12e titre avec le PSG. Le deuxième meilleur buteur de l’histoire du Paris Saint-Germain dit adieu à la capitale de la France en ayant marqué 156 buts et délivré 54 passes décisives en 180 matches.

Paul Giffard paul_gfrd