Le chaud public de Furiani
Les supporters bastias dans les tribunes | AFP - PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Ca chauffe encore à Bastia avec les supporters

Publié le , modifié le

Des supporters bastiais sont entrés dans l'enceinte du stade Armand-Cesari et ont tenté de pénétrer dans les bureaux du club et sur la pelouse après la défaite de Bastia face à Lille (0-1) samedi lors de la 31e journée de Ligue 1. Une centaine de supporters a voulu faire part de leur colère alors que le club végète à la 19e place et prend la direction de la Ligue 2 après une série de 14 rencontres sans victoire toutes compétitions confondues.

La tension est encore montée entre les supporters de Bastia et leurs dirigeants. Face à la situation plus que critique de l'équipe, la nouvelle défaite, à domicile contre Lille, a encore poussé certains spectateurs à tenter de rencontrer les patrons du club. C'est déjà arrivé depuis le début de la saison.

Les supporters ont réclamé la démission des dirigeants du SC Bastia. Bloqués sur le parking, ils ont ensuite entamé un face-à-face avec les agents de sécurité du club alors que les joueurs des deux équipes restaient confinés dans les vestiaires. A 23h00, les fans en colère étaient toujours sur place, obligeant les joueurs de Bastia à rester dans leur vestiaire alors que ceux de Lille avaient réussi à quitter les lieux sans incident.

La dernière victoire bastiaise remonte au 17 décembre lors d'un déplacement à Rennes (2-1). Le club corse, avec 25 points, compte quatre longueurs de retard sur le premier non-relégable et trois sur la place de barragiste. Les mots prononcés par l'entraîneur bastiais, Rui Almeida, en conférence de presse parviendront-ils à calmer les ardeurs ? "Je passe un mot aux supporters: à chaque moment de ma vie d'entraîneur, j'essaie de faire mieux. J'arrive au centre d'entraînement à 7H00, je repars à 20H00, tous les jours. Je ne peux pas faire plus. Bien sûr c'est une petite désillusion, mais je prépare déjà le match de Dijon. Le plus important c'est que les joueurs continuent, et opèrent un contrôle émotionnel", a dit le Portugais.