Buteur et double passeur, Bamba a dansé avec Lens

Publié le , modifié le

Auteur·e : Martin Boissereau
Le Lillois Jonathan Bamba
Impliqué sur sept buts en sept matches de Ligue 1, Jonathan Bamba est l'homme en forme au LOSC. | Juan Soliz / DPPI via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

En jambes dans le derby du Nord, Jonathan Bamba a confirmé son statut de joueur le plus décisif du Losc lors de la septième journée de Ligue 1. Auteur d’un but et de deux passes décisives au cours de la victoire de Lille contre Lens (4-0), l’ailier gauche a également provoqué une expulsion et demie. Il est désormais impliqué sur sept buts en sept matches de Ligue 1 (3 buts, 4 passes).

"Pour danser la bamba, il faut un peu de grâce", chante Los Lobos, un groupe de rock mexicano-américain dont l’air de La bamba a entraîné plus d’un mouvement du bassin sur les pistes de danse. Jonathan Bamba a prouvé qu’il en avait face à Lens, au stade Pierre-Mauroy, mouvant son corps en cadence dans une rencontre ultra dominée par les siens. En témoigne le score, 4-0, dont il est le principal artisan.

Un instinct de buteur

L'ailier gauche n’a pas attendu le Derby du Nord pour montrer son efficacité. Face à Rennes puis Reims, lors des deux premières journées de Ligue 1, il était déjà l’unique buteur lillois, lançant sa saison de la plus belle des manières. Une passe décisive contre Marseille et une autre à Strasbourg équilibraient ensuite ses lignes de statistiques : deux buts et autant de passes décisives. 

Homme le plus décisif du Losc avant même de croiser ses voisins lensois, Bamba a souhaité confirmer son statut. L’international espoir français a débuté sa démonstration par un but, peu après la mi-temps, permettant aux Lillois de faire le break (2-0, 48e). Idéalement servi par son latéral droit Zeki Çelik, il s’est retrouvé esseulé aux 5,5 m et n’avait plus qu’à pousser la balle au fond des filets. Son troisième but en sept matches. Et il n’était pas loin du quatrième, moins de dix minutes plus tard, lorsque sa frappe des 30 mètres est passée au-dessus des cages de Jean-Louis Leca (55e). 

Ces trois buts lui suffisent cependant à égaler son total de la saison 2016-2017, lorsqu'il portait le maillot du SCO d'Angers. Et de reléguer celle qui vient de s'écouler, écourtée par la Covid-19, à un lointain souvenir (1 but en 26 matches). À 23 ans, il n’a été plus efficace qu’à deux reprises dans sa jeune carrière, avec Saint-Étienne (7 buts, 2017/18) puis Lille (13 buts, 2018/19).

L’art de faire briller ses partenaires

La performance de Bamba ne s’est toutefois pas arrêtée à un but. Il a également délivré deux passes décisives, ses troisième et quatrième de la saison. Et à chaque fois, il a servi des équipiers qui n’avaient pas encore marqué cette année. Jonathan Ikoné, d’abord, qui a croisé une frappe du gauche après un contrôle subtil quatre minutes après son entrée en jeu (3-0, 69e). Il a ensuite servi à l'aveugle un autre remplaçant, Yusuf Yazici (76e), permettant au Turc de marquer du pied gauche (4-0, 79e). L’occasion de réaliser son premier doublé "d’assists" avec Lille dans l’élite.

Son entraîneur, Christophe Galthier, ne pouvait être qu'admiratif à l’issue de la rencontre : "Oui, c’est un match quasiment parfait. Il est buteur et passeur. Il est très bien dans ce début de saison mais je le répète semaine après semaine, il l’est depuis le 11 juin. Il a réalisé une préparation invisible où il met beaucoup de choses de son côté pour être performant. C’est l’équipier idéal et un joueur important pour un entraineur. Je suis content qu’il soit récompensé de ses efforts et puisse faire briller ses partenaires."

Doublé de passes décisives et d’expulsions

Au-delà des statistiques offensives, Bamba a brillé dans le jeu, avec et sans ballon. Grâce à sa technique, il a éliminé ses adversaires avec facilité, d’un grand-pont ou d’une accélération. Sur huit dribbles tentées, il en a d’ailleurs réussies plus de la moitié (5). Cette aisance a également provoqué une expulsion et demie ce dimanche soir. Jonathan Gradit, sanctionné d'un deuxième carton jaune pour une faute sur Burak Yilmaz (57e), avait obtenu le premier en déséquilibrant Bamba à la demi-heure de jeu (30e). Clément Michelin a quant à lui laissé ses équipiers à neuf après un tacle par derrière sur l’ailier lillois (75e).

S’il a été précieux avec le ballon, le natif d’Alfortville a également été performant sans puisqu’il en a récupérés six en phase défensive. Efficace devant et utile derrière, Jonathan Bamba est donc le principal responsable de la plus large victoire de Lille contre Lens depuis 14 ans (4-0, 13 août 2006). Impliqué sur sept buts lillois en sept matches (3 buts, 4 passes décisives), il fait déjà mieux que sur l’ensemble de la saison dernière (1 but et 4 passes). Et vue sa forme du moment, Bamba n’a pas fini de danser avec les défenses de la Ligue 1.