Boudjellal à l'OM : les supporters marseillais s'enflamment, les Toulonnais enragent

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Mourad Boudjellal au stade Vélodrome de Marseille, après la victoire de Toulon en demi-finale de Coupe d'Europe de rugby face au Munster, le 27 avril 2014
Mourad Boudjellal au stade Vélodrome de Marseille, après la victoire de Toulon en demi-finale de Coupe d'Europe de rugby face au Munster, le 27 avril 2014 | AFP

Difficile de suivre Mourad Boudjellal... L’ancien président du Rugby Club toulonnais a profité de son engagement au SC Toulon ce vendredi pour confirmer qu’il portait un projet de rachat du grand rival : l’Olympique de Marseille, dont il deviendrait alors président. Un rebondissement inattendu qui a surpris tout le monde de la Canebière à la Rade.

Après des semaines de “je t’aime, moi non plus”, l’arrivée de Mourad Boudjellal à la présidence du Sporting Club Toulon semblait ficelée. Lui, l’ancien boss du RC Toulon, qu’il a conduit au sommet de l’ovalie, allait s’engager dans une nouvelle aventure sportive dans sa ville. De fait, vendredi, il a bien signé comme prévu son contrat avec le SCT. Sauf que Mourad Boudjellal y a ajouté une clause de retrait. La raison ? Il se serait engagé prioritairement dans une offre de rachat de l’Olympique de Marseille, rival absolu du Sporting ! Si l’offre est acceptée, Boudjellal quittera alors la présidence du SCT pour celle de l’OM. De quoi retourner la Rade, et le Vieux-Port.

Vu de Toulon, une trahison

"Boudjellal nous a planté un couteau dans le dos, je me sens trahi. S’il ne connaissait pas le monde du foot et des tribunes,  il va voir que ça n’a rien à voir avec le rugby", s’emporte Benjamin, membre des ultras Fedelissimi de Toulon. Supporter historique du Sporting, Gérard approuve : "C’est une trahison complète, totale : personne ne l’a vue venir. S’il ne venait pas à Toulon, on pensait plutôt le voir à Nîmes, peut-être à Cannes, mais le voir arriver à Marseille, ça fait très mal". Pour les supporters de la Rascasse, la pilule a d’autant plus de mal à passer que Boudjellal est un vrai enfant de la Rade. "Quand tu es Toulonnais, le vrai projet ‘pharaonique’ (des propos tenus par l'intéressé au sujet de l'OM) c’est de ramener le club de ta ville en Ligue 1. C’est ça qui serait prestigieux", tacle Benjamin. 

à voir aussi Bientôt repris par Mourad Boudjellal, pourquoi le SC Toulon n'est pas un club ordinaire  Bientôt repris par Mourad Boudjellal, pourquoi le SC Toulon n'est pas un club ordinaire 

Aux yeux des supporters toulonnais, le pire n’est peut-être même pas la trahison, mais le club choisi par celui qui était encore un sauveur à leurs yeux jeudi : "C’est simple : aucun Toulonnais n’ignore que Marseille c’est l’ennemi. Il se fout de notre gueule en disant cela. Le pire, c’est sa conférence de presse à Toulon, c’est un manque de respect total : il y avait le logo du SCT derrière lui et il parle de son projet à l’OM. C’est de la provocation", ne digère pas Benjamin. Si Mourad Boudjellal n’a jamais caché son amour de l’OM, en parallèle de celui pour le SC Toulon, la façon de faire ne passe pas aux yeux des supporters, et son retour au Sporting en cas d’échec à l’OM est d’ores et déjà impensable. "II nous prend pour des bouche-trous. Il ne pourra pas revenir, on n’en veut plus maintenant. Je ne peux pas épouser ma femme et coucher avec sa sœur, ce n'est pas comme ça que ça marche", conclut Gérard.

A Marseille, Boudjellal déjà adopté

Sur le Vieux-Port, l’ambiance est forcément tout autre. Difficile de trouver un supporter marseillais sceptique face à une possible arrivée de Mourad Boudjellal avec des émissaires du Moyen-Orient. "Je suis forcément heureux, j’ai envie de pouvoir enfin rivaliser avec le PSG. Je pense qu’aujourd’hui dans notre contexte avec McCourt, avec le déficit énorme, l’avenir du club passe par des nouveaux investisseurs. Il y a quelques mois, ça m’embêtait de voir des mecs du Golfe à Marseille, mais quand je vois que Thauvin peut être bradé pour 20 millions d’euros, il faut agir", résume Charles. Le célèbre twittos Philousports nuance : "Je ne sais pas ce que ça m’inspire, d’un côté j’aimerais voir ce que ça donne et de l’autre je suis toujours méfiant depuis le faux rachat par Kachkar".

Globalement, la nouvelle est donc plutôt bien accueillie, même si, une fois n’est pas coutume, les Marseillais tentent de ne pas s’emporter. "Pour que Boudjellal en dise autant, et qu’il en parle à Macron, c’est soit qu’il est fou furieux, soit qu’il sait ce qu’il fait. Après, son groupe d’investisseurs peut toujours capoter", se méfie Jean-Yves, habitué du Vélodrome. "Calmons-nous : il n’y a rien de fait même si Boudjellal ne parle jamais pour rien", abonde Charles. "Avoir Boudjellal en président, ça permettrait de garder l’identité du club, même avec de l’argent du Moyen-Orient", apprécie de son côté Etienne.

Justement, la personnalité de Mourad Boudjellal est un des éléments qui réjouit le peuple olympien."J’aime beaucoup le personnage, pour moi c’est un peu l’incarnation du sud. Je pense qu’il peut s’appuyer sur sa personnalité un peu grande gueule", avance Aurélien. Philousport est encore plus élogieux : "C’est un fou, un passionné. S’il vient il fera tout pour que l’OM soit en haut en France et en Europe comme il l’a fait avec le RC Toulon en rugby. A voir si il pourra s’adapter au modèle du foot". Supporter de l’OM et du RC Toulon, Jean-Yves n’en doute pas : "Boudjellal est clivant, mais ce serait bien de l'avoir à l’OM. Ce serait même une suite logique, tant le RCT est soutenu par des supporters de l’OM. C’est un mec qui maîtrise son sujet, pas un président qui ne connaît pas le sport". Charles ajoute : "Il a récupéré le club de rugby de Toulon tout en bas, et en a fait un triple champion d’Europe en dix ans. S’il fait ça avec l’OM, ou même que la moitié, on sera au paradis"

Un Toulonnais sur le Vieux Port, et alors ?

Au terme d’une volte-face soudaine, Mourad Boudjellal s’est donc mis à dos les supporters de sa ville, avant de séduire ceux de l’OM, en dépit de la rivalité historique entre les deux clubs. "Qu’il soit toulonnais je m’en fiche, Tapie était parisien. Qu’il fasse sa conférence de presse pour parler de l’OM devant le logo du SC Toulon était assez cocasse au vu du passé, mais bon, on oubliera vite", assure Philousport. Charles partage ce point de vue, mais nuance : "Si ça ne marche pas, il va se prendre le fait qu’il soit toulonnais dans la gueule. Un Toulonnais reste un Toulonnais, j’aurai préféré un Marseillais, mais je préfère un Boudjellal toulonnais qui rivalise avec le PSG plutôt que n’importe qui pour jouer la 4e place". Pour Etienne, le fait que Boudjellal privilégie l’OM à Toulon "veut tout dire. Les déclarations c’est pour faire plaisir aux supporters"

Ce qui retient plus l’attention des supporters olympiens, ce sont les 200 millions d’euros alloués au mercato estival si la venue de Boudjellal et des émissaires du Moyen-Orient se confirmait. "Quand j’entends parler d’une enveloppe de 200M pour le mercato, je pense à des grands joueurs qui passent leur temps à montrer qu’ils aiment l’OM sur les réseaux sociaux comme Griezmann", s’enflamme Aurélien avant de relativiser : "Même si pour attirer de tels joueurs il faut avant tout avoir un effectif compétitif et un projet viable à long terme". Philousport a une autre vision : "Je viserais des joueurs à fort potentiel et un ou deux gros coups comme Paris avait fait au début avec Ibrahimovic et Thiago Silva pour attirer des sponsors et vendre des maillots, pour qu’enfin le club trouve son indépendance économique". Mais avant de se projeter sur le mercato, il faut déjà que le projet de rachat de l’OM porté par Mourad Boudjellal, piloté par un homme d’affaires franco-tunisien et financé par des fonds du Moyen-Orient voit le jour. Et vu les derniers rebondissements, la prudence est de mise.