Nicolas Maurice-Belay (Bordeaux, à gauche) et Lloyd Palun (Nice)
La lutte entre Nicolas Maurice-Belay (Bordeaux, à gauche) et Lloyd Palun (Nice). Symbole d'un match accroché | AFP - NICOLAS TUCAT

Bordeaux sans ressort

Publié le , modifié le

Bordeaux a laissé passer l'occasion de rejoindre provisoirement Lyon en tête du championnat, après avoir concédé le nul devant Nice (1-1) dimanche pour le compte de la 4e journée de L1. A suivre Marseille qui peut reprendre son fauteuil en cas de succès sur Rennes, et dans la soirée le PSG qui effectue un déplacement déjà délicat à Lille.

Trois  jours seulement après son barrage retour d'Europa League complètement fou contre l'Etoile Rouge de Belgrade, Bordeaux a en beaucoup de mal à se défaire d'une équipe niçoise accrocheuse et qui a eu le mérite de croire en ses chances jusqu'au bout. Venus pour jouer et bien décidés à profiter de la moindre faille, les Aiglons bien organisés ont longtemps fait douter des Bordelais qui ont semblé bien émoussés. 

Les Girondins ont pourtant beaucoup tenté, mais avec maladresse (17 tirs au total pour 5 cadrés seulement), ils ont touché du bois avec un ballon de Jussiê sur la transversale, et ils en outre perdu Sané, exclu pour un geste d'énervement sur Cvitanich. Ce manque de réussite aurait pu profiter aux Niçois. Mais les hommes de Claude Puel qui n'ont toujours pas gagné un match cette saison, ont affiché leurs limites malgré leur bonne volonté. 

Après une première période équilibré, les Bordelais ont pris l'ascendant, mais sans concrétiser leurs intentions. Le match s'est finalement dénoué dans les dernières minutes. D'abord pour les Bordelais qui, après avoir  longtemps buté sur une équipe bien organisée, ont cru enfin faire une différence décisive à la 86e minute lorsque Henri Saivet a surgi dans le dos de la défense sur un coup-franc de Grégory Sertic pour tromper Joris Delle de la tête (86e). Le salut venait d'un coup de pied arrête et bien que réduits à dix les Bordelais tenaient leur succès.

Mais ils ont peut-être manqué de lucidité dans les dernières minutes. Car Nice a égalisé  dans le temps additionnel sur une inspiration de Mahamane Traoré qui, à la réception d'un long dégagement relayé par Renato Civelli, a eu la lucidité de lober le gardien Cédric Carrasso.es Girondins ont eu une dernière grosse occasion aprèsb l'égalisation mais Joris Delle est sorti avec à propos pour empêcher Henrique d'offrir une victoire aux siens. Le nul est somme tout logique tant les offensives bordelaises ont été laborieuses.