Bordeaux joie Sané Plasil Fernando 01 2011
Le bonheur des Bordelais Sané, Plasil et Fernando | AFP - Nicolas Tucat

Bordeaux revit, Montpellier continue, l'OM patine

Publié le , modifié le

En pleine crise après l'élimination en Coupe de France et sans victoire en L1 depuis le 21 novembre, Bordeaux a renoué avec le succès lors de la 21e journée en battant Nice (2-0). Les Bordelais se donnent de l'air et reviennent vers les places européennes, comme Montpellier, qui enregistre un 3e succès consécutif à Nancy (2-1). En revanche, Marseille a encore piétiné, tenu en échec à Monaco.

C'est peut-être la première fois de la saison que Bordeaux joue. En pleine crise après l'élimination en Coupe de France à Angers et surtout une trop longue période de disette en championnat (pas de victoire depuis le 21 novembre dernier), l'ancien champion de France a réagi. En retrouvant le chemin des ailes, en retrouvant des mouvements construits, de la combativité, une organisation, de la vie. Est-ce le retour de Chalmé sur le côté droit ? Est-ce le retour de Fernando en milieu de terrain ? Est-ce la pitoyable prestation à Angers ? Est-ce les nombreuses absences du côté niçois ? En tout cas, les joueurs de Jean Tigana ont montré un visage qu'ils n'avaient plus affiché depuis très longtemps. Dominateur, Bordeaux faisait la différence, comme d'habitude, sur coup de pied arrêté. Sur un corner frappé du gauche par Plasil, Sané coupait la trajectoire au premier poteau et Ospina ne pouvait qu'accompagner le ballon dans ses propres filets (38e). La mi-temps ne changeait pas la physionomie de la rencontre, Sablé ayant en plus dû quitter les Niçois juste avant la pause en raison d'une blessure. Suite à une succession de relances interceptées, Fernando contrait un ballon de Pejcinovic et Modeste récupérait le ballon et plaçait son pied droit pour tromper une deuxième fois le portier de l'OGCN (57e). Après plus de deux mois sans succès en Ligue 1, les Bordelais reprennent leur marche en avant, prenant un peu d'air avec la zone de relégation et se rapprochant des places européennes dans un championnat toujours aussi serré.

A Nancy, le match entre Lorrains et Montpellierains a été beaucoup plus incertain, beaucoup plus ouvert. Et ce sont d'abord aux joueurs que l'on doit ce scénario, et aux locaux tout d'abord. Car dès la 2e minute, un coup franc de Feret était repoussé par Jourdren, Sami suivait bien pour centrer pour Hadji qui n'avait plus qu'à pousser le ballon au fond des filets (2e). Mais cette ouverture du score précoce n'offrait pas aux Nancéiens un confort supplémentaire, car Montpellier égalisait rapidement, sur un centre tendu d'Ait-Fana repris de la tête à bout portant par Camara (8e). Cette égalisation avait le don de libérer les deux équipes, le jeu passant d'un côté à l'autre mais il fallait attendre l'heure de jeu pour que les filets tremblent de nouveau. Sur un contre, après une répétition de passes courtes, Bocaly héritait du ballon et frappait du gauche, le ballon terminant sa course dans le petit filet opposé (59e). Avec Pascal Bails sur le banc, René Girard purgeant un match de suspension en tribune, les Héraultais remportaient un succès important (2-1), enregistrant une troisième victoire consécutive (toutes compétitions confondues).

Un nul à somme nulle

Le qualificatif de match nul s'applique tout à fait à la rencontre que se sont livrés Monégasques et Marseillais en Principauté, deux équipes qui se sont attachées à se contenir sans prendre de risques. Après une première soporifique où la seule occasion très nette fut pour Monaco, mais Coutadeur manquait son face à face avec Mandanda. Après la pause, ce furent surtout les occasions n'ont guère été plus nombreuses, surtout Marseillaises, avec deux débordements de Remy stoppés in extremis. Pour le reste, les deux formations se sont neutralisées et ont montré à la fois de vraies lacunes offensives, et de vraies difficultés dans l'animation du jeu. Un nul qui ne fait l'affaire de personne, ni de l'OM toujours 5e et un peu décroché, ni pour Monaco qui ne parvient pas à s'extraire de la zone de relégation.

Réactions:

Jean Tigana (entraîneur de Bordeaux): "C'est la première fois depuis le début de saison qu'on fait deux mi-temps pleines. On avait toujours l'habitude de n'en faire qu'une. Les trois points étaient importants et de ne pas se faire rattraper par ceux de derrière. Il y a eu la manière, le contenu, il y avait un peu tout aujourd'hui. Très satisfait. C'est la première fois que je peux présenter cette équipe, avec tous les blessés et suspendus depuis le début de saison. En plus, Fernando a été très bon au milieu de terrain. J'ai aimé l'équipe collectivement, surtout les déplacements et les replacements collectifs. Cédric (Carrasso) et Dominique Dropsy (l'entraîneur des gardiens) étaient très contents (de ne pas avoir encaissé de but, ndlr). Il faut garder le positif, maintenant on a un match de très haut niveau à Lyon. Il sont comme nous, on va essayer de préparer ça correctement cette semaine. On avait besoin de cette réaction pour qu'ils (les joueurs) reprennent confiance. C'est un très bon match mais ce n'est pas le match-référence. On peut faire mieux".
Eric Roy (entraîneur de Nice): "On fait une première demi-heure intéressante jusqu'au but. Après, cela a été plus difficile. Sur l'ensemble du match, entre concéder le premier but sur coup de pied arrêté et donner le 2e, c'est grandement faciliter la tâche à l'adversaire. On peut s'en prendre qu'à nous-même. Sur la 2e période, on se doit de faire mieux, individuellement et collectivement, il faut que l'on soit plus fort. Je n'aime pas me cacher derrière les absents. On défend assez souvent la notion de groupe, on ne doit pas se réfugier derrière cette excuse. On n'a pas su faire le match que l'on attendait, surtout que cela fait un petit moment qu'on attend ce match référence à l'extérieur. Depuis le match à Lorient en début de saison, on n'a pas encore fait la performance que l'on attend de nous, c'est à ce niveau là qu'on peut avoir des regrets et que l'on peut-être déçu. Il y avait un coup à jouer, encore faut-il sortir un vrai match de foot avec du jeu, des actions, une imperméabilité défensive, le fait de ne pas faire d'erreurs grossières, il a manqué des choses et à l'arrivée, c'est assez logiquement que l'on perd. Il y a eu aussi des joueurs qui ont été en dessous de leur niveau ce soir, quatre, cinq joueurs, il est évident que collectivement c'est plus difficile"
Pablo Correa (entraîneur de Nancy): "On est déçus du résultat. On loupe des opportunités d'avancer au classement. On a été correct offensivement mais on a trouvé un gardien en état de grâce. On prend encore deux buts. Il va falloir améliorer notre défense. C'est difficile de jouer quand on prend des buts. Ce n'est pas nouveau. On a des manques qui se répètent et cela nous met en difficultés. L'adversaire n'en demande pas autant. C'est frustrant, c'est désolant. Je ne trouve pas le mot. Il faut se mettre dans la tête qu'il ne faut pas dominer autant mais qu'il faut être plus efficace. Je ne pense pas que ce soit un problème de confiance. Si on a un minimum d'efficacité, on gagne ce match. Il y a des points positifs. Montpellier n'a pas plus envie".
René Girard (entraîneur de Montpellier): "Je suis satisfait de l'ensemble de ce que nous avons fait. On remonte un but. Quand une équipe marque très tôt, ce n'est pas évident d'aller au bout. On a eu la chance de revenir très vite. Contre Valenciennes, on avait cravaché jusqu'au bout. On n'a pas lâché encore cette fois. C'est une de nos qualités de ne pas se poser de questions. C'est embêtant de prendre un but tout de suite car on dit qu'on n'était pas dans le match. Mais si on le prend à la 93e, on n'a pas beaucoup de temps pour revenir. 1,78 m, 80 kg, je vais bien. J'ai la santé. J'ai fait une prise de sang, ça va! Il n'y a pas de souci. Ca m'emmerde mais j'apprécie Pablo (Correa, entraîneur de Nancy). Par rapport aux Nancéiens, ça nous permet de prendre un peu de distances. Nancy est une équipe qui joue le même championnat que nous. On va avoir moins de pression. Mais je suis sûr qu'ils (les Nancéiens) vont s'en sortir. Je suis content car je trouve que mes garçons sont bien présents. Ce qu'on nous reprochait, c'est de ne pas marquer beaucoup. On en a marqué deux. C'est un petit signe. C'est bien. Je pense que John Utaka va nous faire du bien. IL va vite. Il est adroit devant le but. C'était mon souhait".