Bordeaux Om Khazri
Bordeaux et Marseille terminent 2015 sur un nul 1-1 | THIBAUD MORITZ / AFP

Bordeaux - OM, un nul en 74 secondes chrono

Publié le , modifié le

Un dernier cru avec des buts mais sans saveur. La dernière rencontre de Ligue 1 de l'année 2015 ne restera pas dans les mémoires. Bordeaux et Marseille se sont neutralisés 1-1 en clôture de la 19e journée. Romao avait ouvert le score de la tête pour l'OM mais le Bordelais Khazri a égalisé dans la foulée. Au classement, Marseille reste 10e et Bordeaux remonte en 14e position.

Qu'il s'est fait attendre cet emballage ! Cierges allumés dans tous les salons et prières pour sauver ce choc du marasme. La frustration était à son paroxysme pendant près d'une heure à cause d'une affiche qui n'en avait que le nom. Un sommet d'imprécision. Une glorification du néant. L'ennui absolu tout juste maintenu en vie par quelques frappes de Barrada (22e), Kazri (24e) et Batshuayi (36e) ainsi que les gestes techniques de Michel, tout aussi abattu que les spectateurs du Matmut Atlantique. Bordeaux et Marseille avaient décidé de nous montrer leur mauvais profil. Celui vu si souvent cette saison et qui bloque les deux formations dans le ventre mou de la Ligue 1.

Une minute de folie, pas plus

Pourtant, des deux côtés on courait après les symboles. La 1000e victoire en L1 pour le FCGB ou la fin d'une période de disette de 38 ans pour l'OM ? Les Phocéens ont cru à cet exploit pendant à peine plus d'une minute. Romao venait juste d'ouvrir le score sur un corner. Il avait placé sa tête croisée dans un trou de souris entre les jambes de Poko. Carrasso n'avait pas bougé (0-1, 56e). Quelques 74 secondes plus tard, Khazri levait les bras au ciel. Sur l'engagement, Bordeaux s'était rué à l'attaque. Khazri avait transpercé le milieu marseillais et, après un relais de Crivelli, égalisait sans trembler (1-1, 57e). Fallait pas quitter son siège ou sa télé à ce moment-là. La parenthèse enchantée se refermait aussi vite qu'elle s'était ouverte. Pour revoir une occasion digne de ce nom, il fallait zapper jusqu'à la dernière seconde du temps réglementaire. Suite à un cafouillage dans la surface, Rolan frappait sur la barre de Mandanda (90e). Personne ne méritait la victoire ce soir. Autant en rester là.