Gillot prolonge à la tête des Girondins de Bordeaux
Francis Gillot. | NICOLAS TUCAT / AFP

Bordeaux: Gillot veut une revanche

Publié le , modifié le

Contrarié par la dernière défaite à Saint-Étienne (1-2), l'entraîneur de Bordeaux Francis Gillot se veut "revanchard" et mise sur la peur d'accueillir le Paris SG vendredi (20h30) en ouverture de la 5e journée de L1 pour rebondir.

Quel est votre état d'esprit avant de retrouver le PSG ?

"On est revanchard par rapport à ce que l'on a fait à Saint-Étienne.  Même ces quinze jours n'ont pas gommé ce que l'on a fait là-bas. Après, on sait  que Paris sera un dur morceau, que ce sera compliqué, qu'il faudra beaucoup de  réussite et faire un match où on est à 100 % de ce que l'on sait faire. Contre  une équipe comme ça, la moindre erreur ne pardonne pas, on est conscient de la  difficulté, de la tâche mais quelque part on est tellement revanchard que cela  va nous aider peut-être à avoir ces 10% de plus pour gagner ce match".

Votre défaite lors du Trophée des Champions (1-2) début août est  toujours présente dans les têtes ?

"C'est oublié, c'était un match un peu particulier, le premier match. On  a montré que l'on était capable de les inquiéter sur une heure, une heure et  quinze minutes, après on a baissé dans le dernier quart d'heure. On est capable  sur un match de les inquiéter, ça a été l'enseignement de ce match".

Est-ce qu'il y a l'envie aussi de ne plus être sur courant alternatif ?

"C'est le lot de beaucoup d'équipes. Aujourd'hui, trouver une  régularité, c'est compliqué, même d'une mi-temps à l'autre. Pourtant, on essaye  toujours à la mi-temps de rappeler les fondamentaux, mais c'est comme ça. On a  vu hier (mardi) l'équipe de France avec la Biélorussie qui a fait une très  bonne 1re mi-temps et elle n'a plus existé en 2e. C'est compliqué de dire ce  qui n'a pas marché. A partir du moment où on perd les duels, on ne peut pas  exister dans une rencontre. Ça a été le gros point noir à Saint-Étienne, cette  perte des duels individuellement, au sol et des duels à la tête. La différence  s'est faite la-dessus".

Paris est un match de gala, donc logiquement plus motivant à jouer. Vous  avez moins d'inquiétudes au niveau de l'engagement ?

"Quand on n'est pas dos au mur, on a tendance à se relâcher. Par contre,  quand on est dos au mur, qu'on a peur, je pense qu'on est meilleur, c'est la  nature humaine qui est comme ça. On a peur de Paris car c'est une grosse  équipe. Peut-être que contre Saint-Étienne, malgré ce que l'on a rappelé,  qu'ils étaient fatigués (après l'Europa Ligue), qu'il y avait moyen de le  faire, si on gagnait on était dans les cinq premiers, malgré tout ça, ça n'a  pas percuté. On venait de gagner Bastia où on était dos au mur et cette carotte  d'être dans les cinq premiers n'était pas suffisante. C'est dommage car tous  les matches sont importants".

 Propos recueillis en conférence de presse

Vidéo: les Bordelais attendent Paris

AFP