Sertic
Gregory Sertic (Bordeaux). | VALERY HACHE / AFP

Bordeaux fusille et barricade

Publié le , modifié le

Sérieux et appliqué, Bordeaux a confirmé sa montée en puissance en venant décrocher une victoire précieuse sur la pelouse de l'OGC Nice (1-2) lors de la 12e journée de Ligue 1. Loin d'être flamboyants malgré deux missiles signés Sertic et Obraniak, les Girondins se sont appuyés sur une défense solide pour disposer d'Aiglons bien trop tendres pour espérer autre chose.

Les hommes de Claude Puel ne méritaient pas mieux. Trop peu ambitieux dans le jeu malgré une possession de balle à son avantage, Nice s’est fait surprendre par une équipe bordelaise bien organisée et plus tranchante dans ses offensives. Deux coups de canon splendides de Sertic (35e) et Obraniak (58e) ont permis aux Girondins de prendre un avantage décisif qu’ils sont parvenus à conserver grâce à une application défensive de tous les instants. 
 

Faute de mouvement autour du porteur de ballon et de rythme, les Niçois  monopolisaient le ballon en première période mais restaient inoffensifs, avec  un seul tir, le retourné de Bodmer sur le poteau (19). La reprise du droit des 25 mètres de Grégory Sertic, premier buteur  visiteur de l'histoire de l'Allianz Riviera, fut un véritable bijou, suite à un  centre en retrait de Jussiê qui avait bien embarqué deux défenseurs azuréens  (0-1, 31). 

Obraniak, l'artificier

Mené chez lui, situation inédite dans son grand stade, Nice n'était guère  plus constructif dans ses entreprises, collectivement ou individuellement, sur  une pelouse piégeuse car insuffisamment enracinée. Pire, la formation azuréenne perdait, sans doute pour un certain temps, son  gardien de but international colombien touché semble-t-il sérieusement à un  genou dans un choc avec Sertic (46). Après avoir tenté de poursuivre, David  Ospina passait à la 51e minute le relais à Anthony Mandrea, 17 ans le 25  décembre.  

Lancé dans le grand bain, une spécialité de Claude Puel, le nouveau portier  touchait son premier ballon pour aller le chercher dans ses filets après une  frappe limpide d'Obraniak de 20 mètres après un renversement de jeu de Saivet  (0-2, 59). Entré en jeu à la place de Nampalys Mendy (67), Bosetti poussait à la faute  dans la surface Orban (76) pour un penalty transformé à mi-hauteur par  l'inévitable Cvitanich auteur de son 7e but de la saison (1-2, 77). Mais cela ne suffisait pas à lancer véritablement une mécanique niçoise  trop ronronnante et à préserver son invincibilité à l'Allianz Riviera. 

Sept matches sans défaite


Bordeaux étire ainsi sa série d'invincibilité en championnat à sept  matches, et se met dans de bonnes dispositions avant de se rendre à Nicosie  pour y affronter l'Apoel jeudi en Europa League. Nice en revanche, qui concède la première défaite de son histoire dans son  nouveau stade de l'Allianz Riviera, continue de perdre du terrain en enchaînant  un deuxième revers de suite, et manque l'occasion de grappiller des points  avant de se rendre à Paris le week-end prochain. Pour corser le tout, son  portier Ospina s'est blessé en début de seconde période, remplacé par le  cinquième gardien, Mandrea (16 ans).

Victor Patenôtre