Saint-Etienne Brandao
Le Stéphanois Brandao face à la tenaille bordelaise | AFP - Nicolas Tucat

Bordeaux dompte Saint-Etienne

Publié le , modifié le

Saint-Étienne, venu en Gironde avec de grosses ambitions, est tombé sur un os, défait logiquement par Bordeaux (2-0) dimanche à l'occasion de la 22e journée de L1 disputée dans des conditions de jeu très compliquées. Bordeaux grimpe à la 6e place, alors que les Verts restent 4e mais se retrouvent à portée de Lyon, seulement trois points derrière. Saint-Etienne restait en Championnat sur quatre victoires et un nul et n'avait plus perdu depuis le 4 décembre (3-1 à Rennes).

Les Foréziens n'avaient pas prévu ce scénario, eux qui voulaient absolument disputer cette rencontre à la tenue longtemps indécise à cause des éléments, face à des Bordelais fortement diminués devant, avec Obraniak, Jussiê, Hoarau et Diabaté forfaits. Mais ça n'a pas suffi pour les Verts qui n'avaient pas encaissé le moindre but depuis le début de la phase retour. Pour les Girondins, humiliés mercredi en Coupe de France par les amateurs  de l'Île-Rousse, ce premier succès de l'année en L1, plutôt inattendu, qui plus est face à un concurrent direct, vient rompre une spirale négative et les relancer dans la course à l'Europe.

En position pourtant favorable à la suite d'un coup-franc de Cohade, l'ASSE prenait ainsi un contre de 90 mètres, en six passes des Girondins, dont la dernière, un centre en cloche de Saivet dont la trajectoire trompait Sall mais pas Traoré qui marquait d'une frappe violente sous la barre (1-0, 41). Au retour des vestiaires, l'addition se faisait plus lourde. A l'origine, un corner sortant de Sertic, repris sur le poteau par Saivet, puis par Henrique du gauche qui doublait la mise et donnait davantage de couleurs aux siens en cette période de disette (2-0, 51).

La dégradation de la pelouse aidait autant les desseins bordelais en mode  défense-pressing-solidarité qu'il contrariait ceux des Stéphanois, toujours  aussi approximatifs aux abords du rectangle de Carrasso, seulement inquiété sur une tête de Corgnet (87) qu'il repoussait en corner.

Gilles Gaillard