Bordeaux joie 042013
Les Girondins à la fête | AFP

Bordeaux déroule, Brest coule

Publié le , modifié le

La 32e journée de Ligue 1 a été marquée par le large succès des Girondins de Bordeaux aux dépens de Montpellier (4-2) et par la nouvelle contre-performance de Brest, défait à domicile par Reims (0-2) et plus que jamais en lice pour la descente en Ligue 2. Egalement concerné par la relégation, Nancy a décroché un point chez un conccurent direct, Ajaccio (1-1). Lorient et Evian ont tous les deux passé 4 buts respectivement à Bastia (4-1) et Rennes (4-2).

Montpellier a définitivement perdu ses derniers espoirs de conserver son titre. Les Héraultais ont lourdement chuté à Bordeaux (4-2). Le score est d'autant moins flatteur pour les Montpelliérains que Bordeaux, 9e, affichait jusque-là la pire attaque de Ligue 1 ex aequo avec Reims, Brest et Nancy. Et c'est vrai que ce résultat n'était vraiment pas prévisible, tant les supporteurs brodelais ont eu du mal cette saison à s'enflammer en championnat, contrairement à la Ligue Europa. Et en une demi-heure, les joueurs de Francis Gillot ont trouvé par trois fois le chemin des filets, par Sané (11e), puis par Diabaté (24e) suivi de près par Plasil (26e). Le ton avait été donné d'entrée par un but justement refusé à Obraniak, en  position de hors-jeu. C'est Sané, de la tête sur un corner de Sertic, qui trouvait l'ouverture (1-0, 11e).  Puis, Diabaté se jouait de l'axe central visiteur dans un  mouchoir et marquait d'une frappe déviée hors de portée de Jourdren (24e). Cabella, sûrement le meilleur Héraultais du soir, marquait  tranquillement du gauche après avoir enrhumé Faubert (3-1, 45e+1). Mais cette révolte, visible sur le terrain avec une forte domination et une  grosse possession à la reprise, prenait du plomb dans l'aile quand Trémoulinas,  encore lui, s'envolait sur la sienne et centrait pour le plat du pied  victorieux de Saivet (4-1, 54e). Une tête presque anodine de Stambouli trompait toutefois Carrasso visiblement perturbé par la présence de  Camara devant lui (90e+2).

Aliadière, 3e meilleur buteur de L1

Lorient a aussi inscrit quatre buts, contre Bastia (4-1), six jours après la gifle reçue à Lille (5-0). Submergés d'entrée à Lille dimanche dernier avec deux buts encaissés dans  les 10 premières minutes et quatre avant la mi-temps, ils ont cette fois  démarré pied au plancher (Abu, 5e et Baca, 7e) et ont été récompensés par une  belle frappe croisée de Jouffre (45e+1). Corgnet a ensuite poussé le ballon dans le but après une frappe d'Aliadière  repoussée par Landreau (54e), avant que l'ancien Gunner ne marque ses 13e et 14e  buts de la saison en Championnat en tâclant un centre de Monnet-Paquet (76e),  entré en jeu peu avant, puis en ajustant Landreau après un raid solitaire (83e).Et Jérémy Aliadière a fait une excellente affaire, comme son équipe, en inscrivant les deux derniers buts de sa formation, qui lui permettent de monter sur le podium des meilleurs buteurs avec 14 réalisations.  Les Bastiais ont vu leur belle série s'arrêter, eux qui avaient inscrit 4 buts à chacun de leurs trois derniers matches. Cette fois, c'est l'adversaire qui a atteint ce chiffre de quatre. Modeste, qui après deux duels perdus face à  Audard (52 et 57), a marqué de la tête sur un coup franc déposé par Rothen (59). Bastia devra patienter pour assurer définitivement son maintien. 

Dans la mêlée pour le maintien, Evian a battu (4-2) une équipe de Rennes en déroute depuis le mois de février et pris la 16e place avec trois points d'avance sur Nancy, premier relégable. Rennes, qui souhaitait se mettre en confiance avant de disputer la finale  de Coupe de la Ligue contre Saint-Etienne samedi prochain au Stade de France,  concède une quatrième défaite consécutive, la quatorzième au total cette  saison. Les Bretons n'ont plus gagné depuis le 10 février (2-0 contre Toulouse)  et restent dixièmes. Les Lorrains ont fait match nul 1-1 à Ajaccio. Brest a réalisé la pire opération des clubs en danger en perdant 2-0 à domicile contre Reims qui, lui, bondit à la 13e place. Et Fauvergue a mis fin à 911 minutes de silence devant le but en ouvrant le score pour les Champenois, à la 28e minute. Mais rien n'est encore joué dans le bas tableau, pas plus qu'en haut de tableau.