Bordeaux
La joie des joueurs bordelais | AFP - THIBAUD MORITZ

Bordeaux crucifie Rennes 2-1

Publié le , modifié le

Bordeaux a arraché la victoire contre Rennes dans les dernières secondes grâce à un superbe but de Thomas Touré (2-1). Dans un match plaisant et riche en occasions, Habibou avait d'abord répondu à Wahbi Khazri avant que le jeune Touré ne sorte de sa boîte. Avant cette réalisation décisive, les deux gardiens s'étaient illustrés, Cédric Carrasso et Benoît Costil multipliant les parades. Avec ce succès, les Girondins occupent provisoirement la première place du championnat en attendant le résultat de l'OM qui reçoit ce soir l'AS Saint-Etienne.

Les Girondins de Bordeaux poursuivent leur bon début de championnat. Sur leur pelouse de Chaban-Delmas, ils ont décroché leur quatrième succès de la saison qui leurs permet de ravir provisoirement la place de leader à Marseille qui clôturera cette 8e journée contre Saint-Etienne. Face à Rennes, les hommes de Willy Sagnol ont eu du mal à trouver la faille, la faute à une séduisante équipe animée par Ntep et Toïvonen et un Benoît Costil inspiré dans les buts. En ouvrant le score avant le dernier quart d'heure, Wahbi Khazri pensait avoir fait le plus dur mais l'égalisation à la 81e minute de Habibou amenait les deux équipes à un partage des points. Mais c'était sans compter sur le jeune Thomas Touré, déjà impliqué dans l'ouverture score, qui trompait Costil d'une superbe frappe enroulée dans les dernières secondes du temps additionnel. Cette défaite, la troisième de suite, plonge un peu le club breton dans les profondeurs du classement.

Les hommes de Philippe Montanier pourront regretter leur manque de réalisme surtout en première période. Doucouré par deux fois a manqué de précision (8e) ou a buté sur Carrasso (21e), ou encore Ntep, intenable pendant 45 minutes sur son côté gauche, ont pu ouvrir le score. Carrasso aussi a retardé l'échéance arrêtant le tir de Ntep qui arrivait seul (71e). Le gardien bordelais a été un peu court sur l'égalisation d'Habibou (81e). De l'autre côté, Benoît Costil a brillé. Il a plusieurs fois dégoûté Cheick Diabaté (35e, 83e) avant de craquer d'abord devant Khazri (73e). Le milieu de terrain, auteur de son troisième but de la saison, a parfaitement suivi l'excellent travail de Thomas Touré. Ce dernier a ensuite attendu les dernières secondes pour être décisif en reprenant sans contrôlé une remise de Cheick Diabaté. 

Réactions

Willy Sagnol (entraîneur de Bordeaux):  "Par rapport à notre contenu technique, il y a peu de choses positives. Je  retiendrais la performance de l'état d'esprit. Les joueurs n'ont rien lâché,  ils ont fini cuits, ils ont même été cherchés la victoire dans les dernières  minutes. (...) Les joueurs méritent ce qui leur arrivent, on a 17 points, ce  sont 17 points mérités parce que l'état d'esprit est là, parce que personne ne  triche. Tout le monde va au bout de ce qu'il sait faire. Tout n'est pas  parfait, loin de là, mais généralement c'est l'état d'esprit qui est garant des  résultats à la fin de l'année, mais simplement avec l'état d'état d'esprit, on  ne pourra pas avoir des résultats".

Thomas Touré (attaquant de Bordeaux): "Je sais qu'on va avoir une dernière  occasion, tant mieux elle est pour moi et j'ai réussi à la mettre au fond mais  c'est le travail de l'équipe qu'il faut féliciter. C'est le genre de but que  tout joueur de foot aime marquer, je n'en connais pas un qui n'aimerait pas le  marquer. (...) C'est bien de se dépuceler aujourd'hui, on va dire ça comme ça.  J'ai des tendances des fois à sortir du match, je pense souvent aux actions que  je loupe (...) C'est sûr qu'en jouant on ne peut que franchir les paliers, on  ne peut que progresser et le coach me donne cette chance-là, ça me fait  progresser plus rapidement."

Philippe Montanier (entraîneur de Rennes): "C'est toujours difficile de  perdre, dans les arrêts de jeu encore plus après un match comme ça, forcément.  Ca fait deux fois à l'extérieur que l'on tombe sur deux bons gardiens qui font  les arrêts qu'il faut pour sauvegarder leur équipe. Heureusement qu'il y a de  l'abattement.  (...) On a le sentiment d'être plus près des victoires que des  défaites, il y a des périodes comme ça. On fait le plus dur en revenant au  score, il faut peut-être jouer avec plus de lucidité et garder le ballon au  moment où on l'a plutôt que de partir avec la trompette. C'est dur pour les  joueurs qui ont fait beaucoup d'efforts (...) Aujourd'hui, je n'ai rien à  reprocher aux joueurs. Il faut digérer ça, on a toute une semaine, il faut  casser cette spirale négative même si on n'a pas l'impression de la mériter."

Benoit Jourdain @BenJourd1