Laurent Blanc
L'entraîneur du PSG, Laurent Blanc | AFP - FRANCK FIFE

Blanc veut la victoire contre Monaco

Publié le , modifié le

A deux jours du choc entre le PSG et Monaco, Laurent Blanc, l'entraîneur parisien, ne cache pas que ce match peut être plus important qu'un autre: "On va tout faire pour gagner ce match parce qu'on est sur une belle dynamique et que psychologiquement ce serait important par rapport à un adversaire direct pour le championnat"

- La suprématie en L1 sera-t-elle en jeu ?
Laurent Blanc:
"On ne peut pas parler de suprématie. Il y a une équipe qui gagnera, une  qui perdra ou deux qui prendront un point. Quand on est dans la suprématie  c'est pour une longue durée. J'espère que le PSG aura cette suprématie du  football français dans les prochaines années".
   
- Est-ce important de ne pas perdre?
L.B.:
"C'est important de faire un bon match et de le gagner. On va tout faire pour gagner ce match parce qu'on est sur une belle dynamique et que  psychologiquement ce serait important par rapport à un adversaire direct pour  le championnat".

"Ils sont surprenants dans la cohésion collective"   

- Que pensez-vous de l'équipe monégasque ?
L.B.:
"Elle fait partie des meilleures du championnat. Ils font un très bon  début de saison, avec de bons joueurs, de bons jeunes. Ils sont assez  surprenants dans la cohésion collective. Tout le monde pensait que ça allait  prendre un peu plus de temps. Ils ont recruté de bons joueurs, comme Falcao,  mais aussi des joueurs expérimentés, je pense à Eric (Abidal) et à Carvalho.  Cette équipe a pris ses repères assez rapidement. Je les ai vus contre  Marseille (victoire monégasque 2-1 le 1er septembre, ndlr), ils ont fait un  très bon match, surtout la deuxième mi-temps, mais Marseille leur avait posé  des problèmes en première mi-temps".
   
- Est-ce la plus belle affiche de l'histoire du championnat ?
L.B.:
"En terme financier, oui. En terme sportif, il y a eu de très belles  affiches avec de très grands joueurs par le passé".
   
- Quelle sera la clef du match ?
L.B.:
"Avoir le ballon. Je faisais le constat des statistiques de toutes les  journées de Ligue des champions: ce n'est pas un hasard si 90% des équipes qui  ont eu le plus de possession de balle ont gagné. Les latéraux de Monaco, s'ils  ont le ballon, seront certainement très haut et sont très bons dans ce domaine.  Si on a le ballon, on va les obliger à défendre, et ce n'est pas dans ce  domaine qu'ils sont le plus forts".

"Un liant qui nous fait parfois défaut"

- Êtes-vous satisfait du début de saison parisien ?
L.B.:
"Oui, en terme comptable, on peut être satisfait, on a le nombre de  points qu'on mérite (11, ndlr), même si deux de plus contre Ajaccio auraient  été logiques (1-1 le 18 août, ndlr). En terme de jeu, on peut toujours faire  mieux, un entraîneur n'est jamais satisfait. On monte en puissance au niveau  physique, on l'avait prévu. Techniquement, il y a encore des choses à  améliorer, il y a aussi une cohésion, un liant qui nous fait parfois défaut,  comme en première mi-temps contre l'Olympiakos (victoire parisienne 4-1 en  Ligue des champions, ndlr). Paradoxalement, on a trouvé ce liant avec les mêmes  joueurs, à part un (Lavezzi entré à la place de Lucas après la pause, ndlr), en  deuxième mi-temps. Il faut travailler pour faire des matches complets à ce  niveau-là".
   
- Le jeu du PSG dépend-il de Motta dans le milieu à trois ?
L.B.:
" Non, ni de lui ni d'un autre. C'est un rouage important parce qu'il est  au carrefour du jeu, un joueur intelligent, techniquement très fort, et qui a  une qualité de passe qui met l'équipe dans le bon sens. Mais si on n'a pas les  joueurs à côté qui bougent, ça ne va pas le faire. Le système de jeu ne dépend  pas d'un joueur. Pour l'instant, cette formule nous va bien".

Vidéo: Laurent Blanc s'exprime avant PSG-Monaco

AFP