Laurent Blanc (PSG)
Laurent Blanc (PSG) | JONATHAN NACKSTRAND - AFP

Blanc : "Quand même des satisfactions"

Publié le , modifié le

L'entraîneur du Paris SG Laurent Blanc a reconnu une première période "laborieuse" de son équipe samedi face à Guingamp (2-0) mais a trouvé "quand même des satisfactions" dans ce succès décroché dans le temps additionnel.

Comment jugez-vous ce match que vous remportez in extremis ?

"Mon sentiment c'est qu'on a fait une première période laborieuse. Ce  coup franc sur le poteau aurait pu nous permettre de faire un autre match, mais  le poteau en a décidé autrement. En première période, on a été endormi. Le  progrès, c'est qu'on ne prend pas de but. Et on peut quand même relever que les  joueurs n'ont jamais abandonné même quand il restait une poignée de minutes.  Ils en ont été récompensés. On aimerait être plus sereins et sûrs de nous mais  ce n'est pas le cas. On avait prévu de souffrir en ce début de saison. Ca se  vérifie mais en termes de points, ce n'est pas si mal. Et sur le deuxième but,  "Ibra" a vraiment été se le chercher. Je pense que ça va lui faire du bien. Il  y a quand même des satisfactions." 

Javier Pastore n'en est pas une...

 "C'est un joueur qui fait se poser beaucoup de questions. Lui-même s'en  pose beaucoup, peut-être trop. Je redis qu'il donne entière satisfaction à  l'entraînement depuis mon arrivée. Mais il y a un décalage entre les  entraînements et les matches. A nous de l'aider pour qu'il retrouve son  meilleur niveau et qu'il nous serve."

Comme lors du Trophée des Champions avec Ongenda, c'est un jeune,  Rabiot, qui vous libère...

"Ca me fait plaisir. On a construit notre effectif aussi pour leur faire  un peu de place. Le PSG est un club de standing très élevé mais aussi un club  qui forme des jeunes de talent et de caractère. Il faut leur faire de la place.  Si on a un effectif de 30 joueurs et deux ou trois jeunes, ils ne jouent  jamais. Rabiot, Ongenda, Coman, il faut essayer de leur faire gratter du temps  de jeu. Et s'ils répondent présent, je n'hésiterai pas à leur faire confiance."

AFP