Laurent Blanc
Laurent Blanc (PSG) | ARIS MESSINIS / AFP

Blanc: "on est un peu juste"

Publié le , modifié le

L'entraîneur du PSG Laurent Blanc reconnaît que son équipe, sans Thiago Motta et Marco Verratti suspendus, "est un peu juste" au milieu de terrain à la veille de recevoir Bastia pour la 10e journée de L1, mais ne se plaint pas: "il y en a qui aimeraient avoir le choix des joueurs que j'aurai à disposition samedi".

La fatigue s'est-elle fait plus ressentir lors de cette trêve ?
Laurent Blanc: "C'est la même chose. Les Sud-Américains ont fait un périple, quelques  dizaines d'heures d'avion... Ils nous sont revenus un peu plus tôt cette fois  et ils ont bénéficié d'une meilleure récupération. Mais à chaque fois, il  faudra faire avec. D'un autre côté, il y a des joueurs qui sont restés avec  nous et qui ont bien travaillé durant ces deux semaines".
   
Comment allez vous gérer les suspensions de Motta et Verratti ?
L.B: "Marco et Thiago ne seront effectivement pas là. Mais on n'est pas la  seule équipe à souffrir de l'absence de suspendus ou de blessés. Samedi on  alignera une équipe compétitive. Les joueurs qui les remplaceront auront des  qualités à faire valoir."
   
Que pensez-vous de leur propension à se faire avertir ?
L.B: "j'espère qu'ils vont perdre cette habitude. S'agissant de Thiago Motta,  là c'est différent, on ne va pas revenir dessus (il avait été exclu directement  pour une faute dans la surface de réparation sur Mathieu Valbuena contre  Marseille lors du clasico, ndlr). Marco, lui, est conscient du fait qu'il prend  beaucoup trop de cartons jaune. Il a tellement de qualités à faire valoir, que  je lui ai dit d'essayer d'économiser son énergie à discuter, à contester, je  lui ai dit +concentre toi sur ton jeu+. Je pense qu'il a progressé dans ce  domaine-là, mais il a une étiquette, et quand on a une étiquette, c'est dur de  s'en défaire."
   
Leur absence est-elle une opportunité de changer de formule tactique ?
L.B: "Je ne sais pas encore. J'attends de savoir sur qui je vais compter  samedi. A priori sur tout le monde, mais avec des états de formes différents.  Mais il va bien falloir que j'aligne un milieu de terrain, or dans ce secteur  là on est un peu juste".
   
Ce match est-il dès lors l'occasion pour Javier Pastore de se relancer ?
L.B: "Il avait besoin psychologiquement de retourner quelques jours en  Argentine. On lui a donné, quatre, cinq jours... Après physiquement, il demeure  cette interrogation le concernant avec un problème à la cuisse qui n'arrive pas  à disparaître. J'attends de savoir s'il sera apte à 100%. Si c'est le cas, il  aura de grandes chances de débuter."
   
Ibrahimovic est-il opérationnel ?
L.B: "Il y a aussi quelques interrogations mais d'après le staff médical, il  y a eu jeudi des signes très positifs qui seront définitifs pour samedi".
   
Qu'en est-il de Jérémy Ménez?
L.B: "Il est à la disposition du groupe. Je compte sur lui comme sur les  autres. Je lui ai dit ce que j'avais à dire, je lui ai redit ce que j'avais à  dire, j'espère ne pas avoir à lui redire
   
Recevoir Bastia dans ces conditions relève-t-il du match-piège ?
L.B: "Non... Quel que soit l'adversaire à domicile, il faut le battre, le  respecter comme les autres. A nous de mettre en difficulté cette équipe  bastiaise qui veut créer l'exploit".
   
Est-ce la composition la plus difficile que vous ayez à faire depuis le  début de saison ?
L.B: "Non, ce n'est pas la plus difficile. Il y a beaucoup d'incertitude, de  joueurs suspendus, mais il reste des joueurs. Il y a quelques entraîneurs qui  aimeraient avoir le choix des joueurs que j'aurai à disposition samedi".

AFP