Equipe de France Alou Diarra portrait
Alou Diarra dans la tourmente après son exclusion | AFP - JC Verhaegen

Blanc espère "une sanction raisonnée" pour Diarra

Publié le , modifié le

Laurent Blanc, a déclaré qu'il espérait "une sanction raisonnée" pour Alou Diarra, milieu de terrain international des Girondins, coupable d'avoir bousculé l'arbitre du match Auxerre-Bordeaux. "Que ce soit pour Bordeaux ou pour l'équipe de France, c'est un élément important, donc on espère que cette sanction sera raisonnée", a poursuivi le sélectionneur national qui a réfuté l'idée de vouloir "influencer la commission de la discipline de la Ligue".

Le football français revient dans ses travers. Fini les beaux discours sur le respect d'une éthique et donc des sanctions qui vont avec. Alou Diarra, capitaine de Bordeaux et de l'équipe de France, a bousculé l'arbitre Wilfried Bien. Même s'il s'est excusé dans la foulée auprès de ce dernier, le geste est répréhensible et condamnable. Il risque jusqu'à six mois. Dans un temps où l'équipe de France a besoin de retrouver une image cohérente, le nouveau sélectionneur Laurent Blanc affiche plus de pragmatisme que de morale en demandant une "sanction raisonnée" pour l'un des ses relais dans le collectif tricolore. "Que ce soit pour Bordeaux ou pour l'équipe de France, c'est un élément  important, donc on espère que cette sanction sera raisonnée", a poursuivi le  sélectionneur national qui a réfuté l'idée de vouloir "influencer la commission  de la discipline de la Ligue". Il se défend de vouloir influencer la commission de discipline. Un comble. Le fait même de donner son avis influence justement le travail délicat de cette commission. 

Pour l'instant, Alou Diarra est suspendu à  titre conservatoire. "Jusqu'au 10 novembre (date de l'évocation de son cas par la commission de  discipline de la Ligue, ndlr), il aura déjà purgé un certain nombre de matches,  on verra après la sanction qui sera prise et on prendra une décision", a constaté Blanc.  "Je ne veux pas m'installer dans ce dossier, ce n'est pas mon rôle. J'ai pu  entendre dire, ou le lire: "il essaie d'influencer la commission de  discipline" ", a regretté  Blanc, qui venait de participer à une série de  cross en compagnie d'élèves d'un collège bordelais en faveur de l'association  ELA et qui n'est pas à une contradiction prêt.  "Je me suis permis de dire qu'Alou est un mec bien. Je n'ai aucun intérêt à  le dire. Dans le football, il y a des mecs bien et d'autres moins bien. Lui fait  partie des gens bien", a-t-il ajouté pour défendre son poulain. Dans un temps où le football se cherche une éthique, voilà une sortie mal venue. Une de plus.

Mathieu Baratas