37841_bielsa_d0c9e7ee06c0f366af7af71f593ff986
Marcelo Bielsa |

Bielsa réclame 18,6 millions à Lille !

Publié le , modifié le

Licencié pour faute grave, Marcelo Bielsa exige du LOSC le versement intégral de son salaire (13,6 M€), ainsi que 5 M€ d'indemnités, selon L'Equipe. Le technicien argentin s'appuie sur une clause de son contrat. Elle pourrait plomber les finances d'un club déjà dans le rouge.

La somme donne le vertige. Et elle pourrait précipiter le redressement judiciaire du LOSC. Selon L’Equipe, Marcelo Bielsa réclamerait un joli pactole à son ancien club : 18 682 958 euros, pour être précis. L’entraîneur argentin, viré le 22 novembre dernier pour faute grave, exige le versement de son salaire restant, soit 13,6 M€. Une somme à laquelle s’ajoutent 5 M€ de préjudices. Pour faire valoir ses droits, «El Loco» a saisi le tribunal de commerce de Lille le 16 janvier. Une assignation visant à reconnaître que le club nordiste est en cessation de paiement. La première audience est programmée lundi prochain.

La clause qui pourrait peser lourd

Les avocats de Bielsa s’appuient sur une clause du contrat signé par l’ancien coach de l’OM. Cette clause, rédigée en espagnol et traduite en français, stipule ceci : «si le club décidait de rompre et/ou de résilier le présent contrat avant son terme convenu et faisait pour n’importe quelle raison arrêter le technicien dans l’exercice de ses fonctions et facultés citées dans le présent contrat, il devra l’indemniser par le paiement de toutes les quantités prévues dans celui-ci pendant la durée en vigueur précisée».

En clair, le LOSC est contraint de régler le salaire de Bielsa. Ce qui contrarie sa procédure de licenciement pour faute grave. Et ce qui pourrait, surtout, plomber les comptes d’un club déjà obligé de se serrer la ceinture pour éviter une relégation administrative de la DNCG. Cerise sur le gâteau, précise L’Equipe : la justice pourrait réaliser un audit sur la situation financière des Dogues. Eux qui n’ont toujours pas réglé les transferts de Kévin Malcuit (Saint-Étienne) et de Nicolas Pépé (Angers).

Gil Baudu @gbaudu