Ben Arfa en tribunes contre Arsenal
Hatem Ben Arfa sera une nouvelle fois en tribunes. | FRANCK FIFE / AFP

Ben Arfa encore absent avec le PSG à Toulouse

Publié le , modifié le

Pour la quatrième fois consécutive, Hatem Ben Arfa sera absent du groupe du Paris Saint-Germain qui se déplacera à Toulouse vendredi pour la 7e journée de Ligue 1. L'ancien niçois, dont le comportement et l'investissement à l'entraînement sont mis en cause par l'entraîneur parisien Unai Emery redevient un joueur lambda dans un collectif surpuissant. Attiré par les sirènes financières du PSG, sans imaginer au-delà ce qui pourrait en être du secteur sportif, il doit aujourd'hui amèrement regretter d'avoir quitté le club azuréen.

La dernière fois que l'ancien Niçois, arrivé au mercato estival dans le club de la capitale, apparaissait dans le groupe remonte au 9 septembre et la réception de Saint-Etienne (1-1, 4e journée de L1). Ben Arfa a raté le premier match de Ligue des champions contre Arsenal et deux matches de L1 (à Caen et contre Dijon).

Concernant le déplacement à Toulouse, le coach du PSG avait entretenu le suspense, lâchant d'abord devant la presse qu'il déciderait après l'entraînement de jeudi après-midi. Le verdict est tombé avec le groupe: Ben Arfa n'y est pas. "Je traite tous les joueurs de la même façon, je travaille de la même façon avec tous les joueurs", s'est contenté de préciser laconiquement Unai Emery. Entre les lignes, le message est rude pour l'international français de 29 ans: il est redevenu un joueur comme les autres, un numéro sur un maillot. Fini le temps béni, la saison dernière à Nice, où il était couvé par Claude Puel, qui lui permettait de s'économiser à l'entraînement afin de briller en match. Fini le temps où Puel appréciait le spectacle procuré par le joueur, tout en arabesques, alors qu'Emery veut discipline et jeu simple porté vers l'avant.

Avec un pactole de 15 millions d'euros par an (dix fois plus que ce qu'il touchait à Nice) on peut comprendre que le joueur formé à l'OL, passé sans grand succès par l'Angleterre ait accepté le challenge parisien. Mais en même temps qu'il se fondait dans le processus  de surenchère salariale du PSG, il s'est aussi contraint à accepter les choix et le mode de fonctionnement d'un club ambitieux.    

Christian Grégoire