Milos Krasic
Le milieu serbe de Bastia, Milos Krasic | AFP - PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Bastia-Lorient, Krasic en facteur X

Publié le , modifié le

Après le CSKA Moscou, la Juventus Turin et Fenerbahçe, Milos Krasic a posé ses valises à Bastia. L'international serbe de 28 ans, avec sa longue chevelure blonde, est réputé pour sa technique et sa vitesse. Après avoir attiré les regards de toute l'Europe, il tente de se relancer avec ce prêt en Corse. Après trois matches, les éclairs n'ont pas été suffisamment nombreux pour le replacer en pleine lumière. Pour l'instant. L'occasion lui est offert lors de la venue de Lorient à Furiani, ce soir, en match avancé de la 9e journée de L1.

Milos Krasic sera-t-il le Rudi Völler ou le Christian Vieri de Bastia ? Le buteur allemand avait fait les beaux jours de Marseille lors de son passage sur la Canebière, alors que l'attaquant italien n'avait été que fantomatique lors de sa venue sur le Rocher Monégasque. C'est un peu les deux extrêmes qui s'offrent au Serbe, arrivé à Bastia sous forme de prêt dans les dernières heures du Mercato. Un transfert qui a fait sensation. Car le milieu offensif serbe a une belle carte de visite, à seulement 28 ans: vainqueur de la Coupe UEFA et triple champion de Russie avec le CSKA Moscou, champion d'Italie avec la Juventus Turin, il a représenté l'une des attractions des championnats européens. C'était en 2010. Beaucoup de grands clubs le désiraient. Ce n'est plus le cas. Souvent blessé, il a migré vers la Turquie la saison dernière, sans pour autant s'y relancer. Ce prêt au SC Bastia, c'est une nouvelle chance.

Krasic, un air de Johnny Rep

Milos Krasic sait qu'il doit la saisir: "La ferveur et l'attente qu'il y a autour de moi et de mon nom, c'est une motivation supplémentaire. Je vais prouver sur le terrain que les dirigeants ont eu de raison de croire en moi", disait-il à son arrivée. Frédéric Hantz, son entraîneur, lui fait confiance, l'ayant titularisé deux fois en trois matches pour 154 minutes passées sur le terrain. Avec le N.7 dans le dos, il a déjà affolé certaines défenses, par ses dribbles et sa vitesse d'accélération. "C'est un joueur qui fera lever le stade, il y a du Johnny Rep dans Krasic", lançait avec gourmandise son entraîneur après son premier match, à domicile, contre l'OM. L'apparence physique aide à la comparaison. Mais il faudra bien plus que cela pour laisser une marque aussi indélébile que le Néerlandais à Furiani.

En arrivant dans le club bastiais, Milos Krasic s'est placé dans les pas de Ilija Pantelic, ancien gardien de but bastiais dans les années 70, qui l'a découvert chez les jeunes. Pour son deuxième match de la saison à domicile, il a très envie de mener son équipe à une victoire qui lui échappe depuis quatre matches. La venue de Lorient, premier relégable, est l'occasion rêvée pour se relancer. "Le résultat de ce match changera nos perspectives sur la fin  de l'année", admet Frédéric Hantz. "C'est aussi simple que ça ! Après, rien ne sera joué ou définitif  et il faudra repartir au turbin quelle que soit l'issue de cette rencontre.  Mais face à Lorient nous pourrons nous situer clairement dans cette Ligue 1. Avant la trêve internationale, mentalement une victoire serait, en effet, très importante." Dans la chaleur de Furiani, le Serbe retrouvera-t-il le chemin des sommets ?