Ryad Boudebouz (Sporting Club de Bastia)
Ryad Boudebouz (Sporting Club de Bastia) | PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP

Bastia et Lorient n'abdiquent pas

Publié le , modifié le

La 18e journée de Ligue 1 a été marquée par la révolte des mal classés. Bastia s'est imposé face à Rennes (2-0), qui marque le pas, et Lorient a disposé de Metz (3-1). Lens, également mal en point, a décroché un match nul méritoire et spectaculaire sur la pelouse de Montpellier (3-3). Enfin, Reims a battu Evian sur le fil au terme d'une rencontre extrêmement tendue (3-2).

Le calendrier et les résultats de Ligue 1

Bastia se reprend

Bastia a dominé son sujet pour s'offrir  une victoire précieuse contre Rennes (2-0) qui lui permet de ne plus être  lanterne rouge de Ligue 1. Avec 17 points, Bastia remonte ainsi en 18e position avant les derniers  matches dimanche, à une longueur du premier non relégable, Guingamp. De leur  côté, les Rennais sont défaits pour la deuxième fois consécutive et son  désormais 6e (28 points), sous la menace de Monaco qui joue dimanche. Le club corse, qui a vécu une semaine mouvementée avec la mise en examen de  son président Pierre-Marie Geronimi dans un dossier ne concernant pas le club, avait à coeur de réagir. Dans une entame de match plutôt à l'avantage des Bastiais, les Rennais se  montrant plus attentistes, le principal événement fût l'expulsion de Fallou  Diagne pour une semelle sur Gillet (26). Mais à force de pousser, les Bastiais finissaient par trouver l'ouverture  grâce à une frappe limpide qui faisait poteau rentrant de Boudebouz, juste  avant la mi-temps (45+1). Mais alors que les corses semblaient fébrile, une contre-attaque menée par  Kamano allait mettre Bastia à l'abri, le guinéen lançant Cahuzac qui de  l'extérieur de la surface a crucifié Costil à ras de terre (81).

Reims au finish

Les joueurs de Jean-Luc Vasseur, qui avaient ouvert le score par Diego en  début de match, avant de se retrouver menés après des buts de Wass et Cambon à  l'heure de jeu, ont inversé la tendance en marquant coup sur coup par Mandi et  de nouveau Diego à l'aube des dix dernières minutes. Après un round d'observation, Diego, auteur d'une prestation remarquable,  ouvrait le score sur la première occasion rémoise. Après un corner  haut-savoyard, Placide relançait rapidement sur Moukandjo qui s'enfonçait dans  la surface puis remettait sur Signorino. Le centre du latéral rémois était  dégagé in extremis par Cambon sur Oniangue, qui butait sur Hansen, mais Diego  suivait pour pousser le ballon au fond (1-0, 14e). En début de seconde période, Reims bafouillait son football et multipliait  les imprécisions, ce dont Evian allait profiter. A la réception d'un centre de Sabaly, Wass, quasiment dos au but, plaçait  une tête au ras du poteau droit de Placide (1-1, 57). L'indispensable milieu danois inscrivait ainsi son huitième but de la  saison en L1 et allait confirmer quelques minutes plus tard son statut de  sauveur de l'ETG en offrant sur coup franc un caviar à Cambon qui donnait  l'avantage aux Haut-Savoyards de la tête (1-2, 69). Les Rémois, sonnés, parvenaient tout de même à égaliser par Mandi, qui  prolongeait de la tête une reprise de Moukandjo (2-2, 78). Dans la foulée,  Diego redonnait l'avantage aux siens en reprenant un centre de Fortes mal  dégagé par Abdallah pour libérer le Stade Auguste-Delaune (3-2, 80). Une semaine après avoir fait le spectacle mais concédé la défaite face à  Guingamp (2-3), Reims a cette fois-ci été efficace à défaut d'être flamboyant.

Montpellier déçoit

Une semaine après sa belle performance à Rennes (0-4), l'équipe de Rolland  Courbis abandonne ses premiers points à domicile face à un mal-classé.  Montpellier s'enlise en milieu de tableau pour reculer à la 9e place et éteint  ses espoirs de se rapprocher des candidats à l'Europe. A l'inverse, la formation d'Antoine Kombouaré, pourtant privée de plusieurs  cadres comme Kantari, Landre ou Chavarria, obtient son premier point à  l'extérieur depuis fin octobre et sa victoire à Toulouse. Même s'il recule à la 19e place, Lens a démontré une nouvelle fois sa force  mentale pour égaliser à deux reprises, revenant au score à chacune des mi-temps. Montpellier faisait preuve d'un grand réalisme lors du premier quart  d'heure en inscrivant deux buts par le milieu de terrain Morgan Sanson (1) et  Lucas Barrios (16). Auteur de son second but en deux matches, l'attaquant  paraguayen prêté par le Spartak Moscou marquait d'un bel extérieur du pied à la  suite d'une remise involontaire de Jonas Martin, impliqué sur les deux buts. Après s'être créé trois occasions par Coulibaly (3), le milieu de  terrain Pierrick Valdivia (6) et Nomenjanahary (11), l'équipe nordiste  réduisait l'écart par Valdivia d'une frappe de vingt mètres (17). Et à la 34e  minute, l'attaquant Baptiste Guillaume égalisait en reprenant de la tête un  centre du latéral Baal. Au cours d'une seconde période mieux maîtrisée, les Héraultais reprenaient  l'avantage en ajoutant un troisième but au bout d'une action collective  parachevée par le milieu de terrain Anthony Mounier, auteur de son cinquième  but de la saison (63), et pouvaient espérer tenir un deuxième succès consécutif  avant d'aller défier le PSG dimanche prochain. Mais à dix minutes de la fin, l'attaquant des Sang et Or Yoann Touzghar,  entré en cours de jeu, profitait d'une erreur du gardien Laurent Pionnier pour  égaliser d'une belle reprise et arracher un point mérité.

Lorient, enfin, a logiquement battu Metz à domicile (3-1), pour dépasser  les Lorrains (15e) et s'extirper de la zone rouge (13e). Si Jordan Ayew a inscrit son 5e but de la saison, le grand bonhomme chez  les Lorientais a été le Portugais Guerreiro, qui a d'abord été passeur décisif  pour le Ghanéen, avant d'être quasi buteur sur le 2-0, son tir ayant été dévié  dans les cages par le Messin Ndaw.

AFP