David Beckham (PSG) face à Joey Barton (OM)
David Beckham (PSG) face à Joey Barton (OM) | MIGUEL MEDINA / AFP

Barton: "Je veux rester à l'OM"

Publié le , modifié le

Le milieu de terrain anglais de Marseille, Joey Barton, prêté jusqu'en fin de saison par son club des Queens Park Rangers, relégué en 2e division, est prêt à consentir de gros sacrifices financiers pour rester à l'OM, "un club que j'aime et qui m'aime", car, ajoute l'ex-bad boy du football britannique, "quand on a une jolie femme à la maison, il n'y a pas de raison d'aller voir ailleurs".

Barton touche un salaire d'environ 250.000 euros par mois, dont 40% sont  pris en charge par Marseille. L'OM serait prêt à le conserver la saison  prochaine, selon son président Vincent Labrune, pour un salaire compris entre  120.000 et 150.000 euros par mois.
   
Etes-vous prêt à un sacrifice financier pour rester à Marseille ?
JB: "Je veux rester à Marseille, je l'ai dit à la minute où je suis arrivé.  J'ai discuté avec les dirigeants (de Marseille) mais j'ai un contrat avec QPR  qui me paie un salaire important. Je suis réaliste, peut-être qu'en France seul  Paris pourrait me payer le salaire que me verse QPR mais je ne veux pas trop  aller à Paris. L'argent n'est pas le plus important, je m'en fiche un peu. J'ai  fait le choix de jouer pour Marseille, j'espère qu'on pourra trouver un  compromis avec QPR. Car avec QPR, c'est un peu comme avec une ancienne petite  amie. Quand on l'a trompée, on ne peut pas revenir.
   
Si jamais vous quittez Marseille et que vous ne restez pas à QPR,  d'autres clubs anglais sont-ils intéressés ?
Oui, il y a d'autres clubs intéressés, j'ai discuté avec trois ou quatre  autres clubs. Mais je ne suis pas intéressé, je suis heureux ici. Quand on a  une jolie femme à la maison, il n'y a pas de raison d'aller voir ailleurs.
   
Mais le championnat anglais ne vous manque-t-il pas avec ses stades  pleins, sa ferveur ?
J'ai joué dix saisons en Angleterre, ça va me manquer oui, mais si je  reste ici, je jouerai pour un club que j'aime et qui m'aime. Est-ce que ce sera  le même scénario si je rentre à Londres ? QPR ne joue plus en Premier League et  je n'ai joué qu'une saison en 2e division, quand Newcastle est descendu. Je ne  faisais pas partie cette saison de l'équipe de QPR qui a été reléguée, je ne  vois pas pourquoi je les aiderais la saison prochaine.
   
Le titre de champion de France est-il déjà joué pour Paris ?
Il faut être réaliste, ils ont dépensé beaucoup d'argent, ils ont eu des  résultats toute la saison. On peut juste maintenir la pression sur eux et s'ils  font un faux-pas on se doit d'être parfaits. D'un autre côté, si on avait  demandé aux fans marseillais ou aux responsables du club à la fin de la saison  dernière s'ils signeraient pour une 2e place cette saison, ils auraient dit oui  tout de suite. Le PSG est dans un autre monde. Cela serait bien si notre  président trouvait du pétrole dans son jardin et mettait 200 millions d'euros  dans le club. Mais il faut être réaliste, les Parisiens ont d'autres capacités  financières. Si tout va bien, nous jouerons la saison prochaine la Ligue des  champions et cela nous donnera d'autres moyens.
   
Avez-vous dû changer votre comportement pour vous adapter au championnat  français ?
En Angleterre, il y a une certaine tolérance dans les contacts. En  France, pour des actions identiques, on risque d'être exclu. Je l'ai appris  très vite, dès mon premier match contre Lille et mon tacle sur Balmont. En  Angleterre, on aurait dit "OK, circulez", en France on m'a dit ¨+peut-être que  tu aurais dû être exclu+. A mon crédit, tout le monde s'attendait à ce que je  prenne cinq ou six cartons rouges, je n'en ai pris qu'un seul".

AFP