Barrages L1/L2: Le CNOSF rejette les recours de l'AC Ajaccio, Troyes et Clermont

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
estac troyes
Le Troyen Insane SACKO contre le Paris FC le 4 octobre dernier. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a rejeté les recours de l'AC Ajaccio, Troyes et Clermont, trois clubs de Ligue 2 qui souhaitaient organiser des barrages d'accession en L1, a indiqué lundi la Ligue (LFP). Le vainqueur des barrages aurait dû affronter Nîmes, 18e de Ligue 1. Le club corse a annoncé qu'il saisissait le Conseil d'Etat.

Nîmes peut souffler, les barrages d'accession à la Ligue 1 n'auront pas lieu. C'est en tout cas la tendance après que le CNOSF a rejeté les recours d'Ajaccio, Troyes et Clermont. L'instance de conciliation a proposé aux équipes requérantes de s'en tenir à la décision du Conseil d'administration de la LFP du 30 avril, entérinant la fin du championnat sans la possibilité pour les troisième, quatrième et cinquième de L2 de disputer des play-offs.

Lorient et Lens seuls promus

Les trois formations, virtuellement qualifiées pour ces barrages, contestaient l'arrêt définitif de la saison qui les prive d'une chance de monter. Cette décision est un pas de plus vers un retour à la normale, après que l'annonce d'arrêter la L1 et la L2 devant la pandémie de coronavirus a retourné le football français.

à voir aussi Le CNOSF donne raison à la FFF sur les classements amateurs Le CNOSF donne raison à la FFF sur les classements amateurs

Le CA de la LFP a choisi de faire monter seulement les premier (Lorient) et deuxième (Lens), pendant qu'Amiens et Toulouse, respectivement 19e et 20e de L1, font le chemin inverse. Mais ces deux derniers clubs contestent toujours leur rétrogradation. Pour rappel, dans la configuration initiale, Clermont aurait dû affronter Troyes dans l'Aube, avant que le vainqueur ne défie Ajaccio sur sa pelouse. L'équipe gagnante aurait alors affronté Nîmes sur un match aller-retour.

Dans la soirée, l'AC Ajaccio a annoncé qu'il saisissait le Conseil d'Etat.

AFP