Barrage de Ligue 1 - Ajaccio paye les pots cassés contre Toulouse

Barrage de Ligue 1 - Ajaccio paye les pots cassés contre Toulouse

Publié le , modifié le

Trois jours après le match controversé contre Le Havre, Ajaccio s'est incliné (3-0) dans le barrage aller pour l'accession en Ligue 1 contre Toulouse. Son stade suspendu, les Corses jouaient "à domicile" à Montpellier, dans un stade vide puisque à huis clos. Avec 3 joueurs suspendus plus l'entraîneur, l'ACA a encore perdu deux joueurs importants sur blessure (Leca et Gimbert) et s'est incliné nettement. Le TFC prend donc une belle option avant de recevoir dimanche cette même équipe, probablement encore amoindrie.

C'était sans doute trop pour Ajaccio. Après la débauche d'énergie liée à la prolongation contre Le Havre, la tonne d'influx laissée en-dehors du terrain après le report du match contre les Havrais vendredi puis les polémiques de dimanche, et sur le pré avec l'égalisation in-extremis puis la séance de tirs au but, et sans toutes ses forces, l'équipe corse n'a pas tenu le choc. Au lieu d'avoir cinq jours de repos, si le match contre les Normands s'était disputé normalement, elle n'a eu que trois jours. Et il n'y en aura que quatre jusqu'au match retour. En plus, la malchance s'est ajoutée.

Des coups du sort en plus

Un nouveau coup du sort s'est abattu sur les Ajacciens: un but encaissé au bout de trois minutes de temps additionnel en 1re période. Le pire moment pour encaisser un but, alors que le TFC avait dominé sans écraser la concurrence. Le coup franc merveilleux de Gradel se logeait dans la lucarne de Leca qui, en plongeant, se blessait. Son épaule heurtait son poteau, et le héros de la séance des tirs au but devait sortir. Un handicap de plus. Et à l'heure de jeu, Gimbert, buteur dimanche, se blessait à la cuisse et cédait sa place.

Un peu avant, sur un corner, Julien coupait parfaitement la trajectoire du ballon pour reprendre du gauche et doubler la mise (51e). Et après l'heure de jeu, sur un autre corner, mal repoussé, Sanogo fusillait Mandanda, qui avait succédé à Leca dans le but (66e). A 3-0, les espoirs de montée s'envolaient pour l'ACA. Saison, pré-barrage, barrage, suspensions et blessures, comment Ajaccio pourrait renverser dans quatre jours des Toulousains qui ont joué à leur main ?

Réactions

Olivier Pantaloni (entraîneur de l'AC Ajaccio): "Quand on fait le bilan de la soirée, trois buts encaissés, deux blessés, cela fait lourd. Ce n'est pas le fruit du hasard. Cela découle peut-être de la semaine que l'on a vécue. Je suis désolé pour les joueurs qui méritaient de jouer dans d'autres conditions. Ils ont fait le maximum au bout d'une semaine très pénible. Hier, à 17 heures, je ne savais pas où on allait jouer. Je suis très fier d'eux. Cela n'a pas été simple de préparer les deux derniers matches. Même si on perd 3-0, personne ne leur en veut. On a vécu une saison épatante d'autant que l'on n'était pas programmés pour la troisième place. Ce dernier match aurait dû être un moment fabuleux, ce ne fut pas le cas. Les trois buts sont arrivés sur coup de pied arrêté, qui est l'un des points forts de Toulouse. On prend le but juste avant la mi-temps, ensuite, on perd Jean-Louis (Leca, ndlr). Cela fait lourd. Quand on encaisse le second but, on se dit que le match est plié. On va terminer la saison en essayant de montrer le meilleur visage possible à Toulouse. Il ne faut pas se mentir, cela va très compliqué de renverser la vapeur au Stadium. On pourra sortir la tête haute de cette compétition".

Michaël Debève (entraîneur de Toulouse): "Je suis très satisfait de ce que les joueurs ont produit. On avait bien préparé ce premier match des barrages. On a été sérieux, appliqué et patients lors de la première période. On a été récompensés sur les coup de pied arrêtés. On s'est rendus le match facile. On a été solides sur le plan défensif comme face à Guingamp. On a laissé aucune opportunité à cette équipe d'Ajaccio. On reste vigilant, même si on a gagné 3-0 à l'extérieur, car il reste encore un match. On veut bien finir au Stadium pour faire la communion avec les supporters et les récompenser. Si on gagne ce match, on sera en Ligue 1, ce qui était l'objectif. On a fait un bon pas vers le maintien. Comme dans le football, il peut arriver beaucoup de choses, le mot qui prédomine c'est la vigilance. C'est toujours particulier de jouer à huis clos. On entendait un peu tout le monde parler. Les joueurs ont fait abstraction de ce contexte pour être très sérieux. J'avais une mission: maintenir l'équipe en Ligue 1. Une fois que l'équipe sera maintenue, il y a aura une discussion avec le président qui prendra sa décision. J'ai toujours dit que je voulais entraîner au plus haut niveau. Le but est pour l'instant d'être en Ligue 1 l'an prochain".

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze