Aulas Jean-Michel portrait 2010
Jean-Michel Aulas | AFP-CLATOT

Aulas s'en prend "aux dinosaures du vestiaire"

Publié le , modifié le

Dans une inteview accordée au Progrès, Jean-Michel Aulas, président de l'OL, n'a pas fait dans la dentelle: "La saison dernière, un certain nombre de joueurs ont pourri le vestiaire. Ils n’ont pas joué le jeu alors qu’il y avait de la place pour gagner le titre et la Coupe de la Ligue. Il y a eu une pression néfaste des pharaons et des dinosaures du vestiaire." Et de citer Cris, qui "ne peut plus rester avec nous. (...) Il a freiné l'éclosion du duo Koné-Lovren".

Lorsqu'il parle, Jean-Michel Aulas ne le fait jamais à la légère. Homme de médias, le président de l'OL sait prendre la pression sur lui, comme la mettre sur les autres. Et dans un entretien au Progrès, il a décidé de la mettre sur ses joueurs. Et sans ménagement. Son principal reproche est simple: "La saison dernière, un certain nombre de joueurs ont pourri le vestiaire. Ils n’ont pas joué le jeu alors qu’il y avait de la place pour gagner le titre et la Coupe de la Ligue. Il y a eu une pression néfaste des pharaons et des dinosaures du vestiaire. Je ne veux plus de ça. J’ai vraiment en travers les matches à Nicosie, à Caen, à Valenciennes, en finale de la coupe de la Ligue." Et le président va jusqu'à nommer les personnes en cause, celles qui n'ont pas trouvé grâce à ses yeux l'an dernier.

"J’ai demandé aux joueurs d’être exigeants vis-à-vis d’eux-mêmes. Je ne veux plus de mauvais état d’esprit dans le vestiaire. Cris ne peut plus rester avec nous. S’il s’en va, on aura un plan B qui peut très bien venir du Brésil. Claude Puel avait fait resigner Cris car il le craignait. Pour Rémi (Garde, NDLR), la saison a été très délicate avec Cris. Le duo Koné-Lovren n’a pas trouvé ses marques car Cris a freiné leur évolution. Il paraît qu’Aly Cissokho a changé d’agent et que ça va aller mieux, alors il va partir, et le petit Dabo sera avec nous. J’ai vu un très bon Källström à l’Euro 2012, et je n’ai pas vu du tout le même avec nous la saison dernière. On aurait pu le transférer l’hiver dernier, on a attendu, là on va voir. Bastos lui est un cas d’école. Mais à deux ans d’un mondial au Brésil, il va aller beaucoup mieux croyez-moi. Nos contours ne sont pas flous, je veux un vestiaire de 23 ou 24 joueurs, un vestiaire rafraîchissant, ce que nous aurions dû avoir la saison dernière. On y parviendra et nous aurons un groupe jeune, ambitieux et de qualité". 

Alors que Hugo Lloris pourrait faire ses valises pour l'étranger, Jean-Michel Aulas ne ferme, semble-t-il, la porte d'un départ pour personne. Bafétimbi Gomis pourrait-il quitter le club ? "Joker" répond JMA. "Maintenant, je mets les valeurs des joueurs avant le palmarès passé", insiste-t-il.