Le président de l'Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas
Le président de l'Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas | AFP - Jean-Sébastien Evrard

Aulas s'emporte contre le PSG

Publié le , modifié le

Le président de l'Olympique Lyonnais accuse dans les colonnes de l'Equipe BeIn Sport de favoriser le PSG dans la course au titre. Et met en garde le club de la capitale qu'il soupçonne de ne pas respecter le fair-play financier.

Le déplacement de Lyon à Bordeaux dimanche à 14h avait déjà passablement énervé Jean-Michel Aulas, les deux clubs ayant joué le jeudi à l'extérieur en Ligue Europa. Programmée à la même heure dimanche prochain, la rencontre face à Lorient a fait sortir le président lyonnais de ses gonds. C'est "une volonté de nuire à l'OL" tranche le patron du club rhodanien. En cause, le match retour de Coupe d'Europe qui aura lieu trois jours plus tôt contre Tottenham. BeIn Sport, diffuseur de la Ligue 1 dirigé par Nasser al-Khelaïfi comme… le PSG est explicitement visé.

Aulas : "Ce n'est pas équitable"

"Il y a quelque chose qui me choque. Frédéric Thiriez m'a dit qu'il avait appelé le représentant de BeIn Sport, qui lui avait répondu que Lyon représentait bien la France à l'étranger, que c'était bon en termes d'affiche, notamment pour le Japon. Il ne faut pas se foutre de la gueule du monde, s'insurge JMA dans les colonnes du quotidien sportif. J'ai demandé à jouer à 17 heures pour que les joueurs aient au moins le temps de se faire une petite sieste, mais cela a été refusé". Le Paris Saint-Germain, qui reçoit l'OM dimanche soir est donc avantagé selon lui. "Le PSG n'a pas joué une seule fois le dimanche à 14h et affrontera Marseille à 21h, avec une semaine de préparation. Ce n'est pas équitable", s'emporte Aulas.

La saillie de JMA sur les finances qataries

Outre la programmation de la rencontre contre les Merlus, le président de l'OL attaque les finances qataries. En ligne de mire, le contrat liant le club de la capitale à Qatar Tourism Authority, pour une manne de 150 millions d'euros cette saison et proche des 200 millions en 2015-2016. "Avec de telles sommes, on est dans l'excès", tonne le patron du club septuple champion de France. Qui estime que le PSG pourrait être sanctionné lorsque les organismes de contrôle des règles du fair-play financier, "indépendants de l'UEFA" se pencheront sur son cas. "Et l'appel ne passe même pas par l'UEFA  puisque c'est le TAS (Tribunal arbitral du sport qui jugera en dernier ressort", se réjouit Jean-Michel-Aulas. Il assure que Karl-Heinz Rummenigge, président de l'ECA (association des clubs européens), est déterminé à faire appliquer le fair-play financier. Reste à savoir si le PSG sera inquiété…

Jerome Carrere