Bafetimbi Gomis
Bafe Gomis (OL). | AFP - PHILIPPE MERLE

Aulas laisse le choix à Gomis

Publié le , modifié le

Joint par Eurosport, le président lyonnais s'est exprimé sur l'épineux cas Gomis. Il a également confirmé son intêret pour Jérémy Aliadière.

Bafétimbi Gomis foulera t-il la pelouse de Gerland cette saison ? Sans doute. Mais pas forcément sous le maillot lyonnais. Car le départ de Lisandro Lopez pour le Qatar n'engendre pas nécessairement la prolongation de l'international français. Pourtant, à cette heure-ci, elle serait la solution la plus cohérente. La saison passée, l'ancien stéphanois a planté 16 buts, soit son meilleur bilan depuis son passage dans le Forez, en 2007. Mais cette année, à Lyon, la situation économique est telle que l'aspect est relégué au second plan. L'important, c'est de faire des économies. Et Bafé Gomis, un des plus gros salaires du club, en fera peut-être les frais. 

Aulas : "Si Gomis veut envisager des choses nouvelles avec l'OL, il doit prolonger"

Mais aujourd'hui, Lyon se retrouve sans attaquant. Il y a bien Lacazette, mais la pointe de l'attaque n'est pas vraiment son poste de prédilection. Quant au talentueux Benzia, il pourrait constituer une alternative intéressante, mais d'aucuns le jugeront trop tendre et certainement pas armé pour jouer la ligue des champions. Ce matin, Jean-Michel Aulas a avoué s'interesser à l'attaquant lorientais Jérémy Aliadière, mais pas à n'importe quel prix :"Sportivement, c’est une vraie piste, a t-il confié à la rédaction d'Eurosport. Avant d’y ajouter un vrai bémol : Mais à ce prix-là (7 millions d'euros, ndlr) on ne l’envisage même pas. Au vu du marché, le prix du transfert se situe entre 3 et 4 millions d’euros au maximum". Pas certain que Loic Fery, le dirigeant breton, ne brade son joueur. Fixé d'abord à 12 millions d'euros, le président lorientais avait accepté de baisser le prix de son joueur à 10, puis à 8. De là à le vendre à 4... 

En cas d'échec de la piste Aliadière, Aulas pourrait bien se tourner vers une solution interne : réintégrer Gomis. Il l'assure, la porte est grande ouverte :"Si Gomis veut envisager des choses nouvelles avec l’OL, il doit prolonger. En attendant, on doit savoir ce que Bafé veut faire. Pour l’instant, ce n’est pas tranché". S'il décide de rester, "la panthère" devra peut-être se plier à la politique d'austérité enclenchée par Lyon, et accepter de baisser son salaire. S'il part, il prendra peut-être le risque de moins jouer. A moins d'un an de la Coupe du Monde, Gomis se trouve face à un dilemme, dont l'issue pourrait bien conditionner son avenir en équipe de France. 

Jean Charbon