ASSE Montpellier Hamouma Congré
L'attaquant de Saint-Etienne, Romain Hamouma, ici à la lutte avec le défenseur de Montpellier, Daniel Congré. | JEFF PACHOUD / AFP

ASSE – Montpellier : un duel pour l’Europe

Publié le , modifié le

La confrontation entre Saint-Etienne et Montpellier, cet après-midi à 14h à Geoffroy-Guichard, apparait incontestablement comme un choc de cette fin de saison de Ligue 1. D’un côté, l’ASSE (4e) vise, plus ou moins secrètement, une place sur le podium puisque deux points seulement séparent les Verts de Monaco, troisième. Pour Montpellier (8e), dans la forme, c’est identique. Mais la différence réside dans le fond puisque ce n’est pas la Ligue des Champions qui est visée mais l’Europa League. Deux équipes qui sont donc à la lutte pour se qualifier dans chacune des coupes d’Europe : tous les voyants sont au vert pour annoncer un joli spectacle dans un Chaudron quasiment plein à craquer.

Les Verts ne peuvent plus se cacher

Plus de deux mois que ça dure. Plus de deux mois que les Verts enchaînent match après match en Ligue 1 sans concéder la moindre défaite. Clairement, Saint-Etienne, qui reste sur huit matchs sans défaite dont quatre victoires (la dernière remonte au 15 février à Bordeaux, 0-1), peut viser, ou plutôt rêver de la Ligue des Champions. Avec un calendrier relativement clément, Sainté pourrait réellement créer la sensation de cette fin de saison si jamais Christophe Galtier trouvait la bonne formule pour terminer cette saison en trombe. Du coup, ils ne peuvent plus se cacher et devront assumer leur nouveau statut de prétendant à la C1. Et ce sprint démarre aujourd’hui, à domicile contre l’une des autres équipes en forme du moment, à savoir Montpellier. Dans un Chaudron qui sera chaud bouillant comme à son habitude, les Verts savent à quoi s’attendre. Une victoire les propulserait à la 3e place avec un point de plus que Monaco qui jouera à 17h à Lens, et surtout trois d’avance sur Marseille qui s’est fait étriller à domicile par Lorient (3-5) vendredi soir.

Mais pour parvenir à se qualifier en Ligue des Champions, cela devra passer avant tout par du jeu, du bon jeu. Christophe Galtier, l’entraineur de l’ASSE, en est conscient comme il a pu le souligner en conférence de presse : « nous ne devons pas être nerveux, ni relâchés. Nous sommes dans le cas de figure d'un joueur de tennis qui s'apprête à servir des balles décisives. Pour les concrétiser, nous devons retrouver une qualité de jeu. Or, face à Paris (en  coupe de France, 1-4), Nantes (1-0) et Lyon (2-2), nous n'avons pas été bons.  Il faudra jouer pour gagner. » Analyse lucide, d’autant plus que sans son capitaine, Loic Perrin, blessé, et son pilier de l’entrejeu, Fabien Lemoine, suspendu, la tâche s’annonce délicate face à Montpellier, assoiffé de victoires également et qui vise l’Europa League.

L'absence du taulier et capitaine des Verts, Loic Perrin, blessé à la cuisse, pourrait être l'une des clés de cette confrontation pour l'Europe entre Saint-Etienne et Montpellier.
L'absence du taulier et capitaine des Verts, Loic Perrin, blessé à la cuisse, pourrait être l'une des clés de cette confrontation pour l'Europe entre Saint-Etienne et Montpellier.

L’Europa League, "trop tôt" pour Courbis ?

"Montpellier viendra sans pression et cette équipe peut compter sur l'expérience et la malice de son entraîneur, Rolland Courbis". Galtier est donc méfiant, et cela se comprend puisque le club de l’Hérault réalise une solide deuxième partie de saison avec huit victoires, quatre défaites et deux nuls, emmené notamment par son buteur paraguayen, Lucas Barrios, auteur de 9 buts en 2015 (11 au total en L1 cette saison). Toutefois, Montpellier est inconstant, capable de perdre à Toulouse et sur le terrain d'Evian-Thonon (1-0) et d'obtenir un bon résultat nul à Monaco en match en retard (0-0), le 7 avril. "Nous avions disputé l'aller sur un terrain injouable (à l'Altrad Stadium, 0-2). Les Verts avaient marqué deux buts en trois corners. Maintenant, nous avons l'intention de leur poser des problèmes chez eux mais cela dépendra du visage affiché. Si c'est celui constaté à Toulouse ou Evian-Thonon, nous n'avons aucune chance. Si c'est celui vu à Monaco, ce sera compliqué pour les Stéphanois", a détaillé Rolland Courbis. Son ambition est de prendre "cinq points au minimum sur quinze possibles pour nous mettre à 57" d'ici la fin de saison. Autrement dit, ce qu’il faudrait, ou presque, pour une qualification européenne.

Alors que le président Louis Nicollin verrait d'un bon œil une campagne en Europa League, Courbis est plus méfiant : "il me semble que ce serait trop tôt pour nous". Mais évidemment, l’ancien technicien de l’OM ne s'en priverait pas non plus : "le match contre Rennes (le 2 mai) serait une sorte de finale et pourrait nous permettre de terminer au pire des cas, 8e. Ce serait alors une superbe saison avant les trois derniers matches, à Lens, contre Paris et à Bordeaux où, selon les résultats, nous pourrions avoir une autre finale avec en perspective une qualification européenne". En clair, Montpellier, via son entraîneur, ne veut pas se mettre de pression supplémentaire, pour, à contrario, prendre match après match et finalement récolter les bons fruits en fin de saison. Une stratégie légitime pour un club en phase de reconquête, mais pas pour l’ASSE qui depuis quelques jours ne se cachent plus pour viser la Ligue des Champions. Autrement dit, les deux équipes fouleront la pelouse du Chaudron avec un objectif commun : la victoire !