ASSE-LOSC: relever la tête

ASSE-LOSC: relever la tête

Publié le , modifié le

Lille, troisième de Ligue 1, et Saint-Etienne, quatrième, s'affrontent vendredi en match avancé de la 21e journée au stade Geoffroy-Guichard avec l'objectif de se racheter après leurs récentes déconvenues, respectivement contre Reims en championnat et Cannes (CFA) en Coupe de France.

Mais au-delà de cette quête de rachat, cette rencontre marquera peut-être un tournant dans la lutte pour la troisième place de L1 synonyme de qualification pour le tour préliminaire de la Ligue des champions. Les Nordistes, qui ont eu jusqu'à 12 points d'avance sur les Verts après la 16e journée, n'en comptent plus que six et restent sur une douloureuse défaite à domicile face à Reims dimanche (2-1). Une défaite à Geoffroy-Guichard réduirait l'écart avec les Stéphanois à seulement trois points. Toutefois, l'entraîneur du Losc René Girard a dédramatisé l'importance de ce match. "Sainté recollerait à trois points, c'est vrai. Mais il faut être serein là-dessus. Il n'y aura rien de fini. Ca illustrerait ce que je dis toujours au garçons, que ça peut aller très vite et qu'il faut donc rester attentifs".

"Ca doit nous amener un surcroît de motivation et de détermination. Mais si on perd à Saint-Etienne ça ne sera pas la fin du monde. Si on gagne on sera pas champion pour autant, la saison est encore longue", a martelé le technicien nordiste. A Saint-Etienne, la défaite inattendue à Cannes mardi (1-1, 4-3 aux t.a.b.) a laissé des traces, mais la proximité du match contre le Losc tombe à pic. "La Coupe de France était un gros objectif du club. C'est donc une grosse désillusion. Le match contre Lille arrive assez vite. Il faut vite se projeter sur celui-ci et évacuer cette défaite à Cannes", explique le défenseur Faouzi Ghoulam.

Statistiques trompeuses

"C'est un match très important. Il faut vite relever la tête et obtenir un résultat devant notre public, même si cela n'atténuera pas la déception. Nous savons que nous avons quelque chose à jouer en L1", poursuit le milieu Benjamin Corgnet. Les statistiques des confrontations entre Saint-Etienne et Lille sont un peu trompeuses. Car si les Verts ont gagné les deux dernières, en Coupe de France (3-2) en février et en Coupe de la Ligue (0-0, 7-6 aux t.a.b.) en janvier dernier, le Losc a remporté ses trois dernières rencontres de L1 à Geoffroy-Guichard. "Quand on va là-bas c'est souvent difficile. On va essayer d'inverser la tendance. Saint-Etienne est très costaud au milieu et derrière, ils sont très bien organisés et ce n'est pas facile de se créer des occasions", analyse l'attaquant lillois Nolan Roux. Le Losc, qui n'a marqué que quatre points lors des quatre dernières rencontres de L1, va tenter de mettre fin à cette mauvaise série. Mais Saint-Etienne reste sur trois succès dans son Chaudron.Pour motiver leurs joueurs, les deux entraîneurs ont décidé de les placer face à leurs responsabilités. "On ne va pas là-bas en victime. La seule chose qui me fait peur, c'est la pelouse. Mais on connaît cette équipe de Saint-Etienne, ce qu'elle est capable de faire. Il ne faudra pas refaire un non-match. Il faut se remettre dans le droit chemin, et qu'on soit capable de proposer autre chose", insiste Girard. "Nous allons voir très rapidement si le groupe à la qualité que je lui prête, s'il est capable de faire une bonne deuxième partie de saison", affirme de son côté Christophe Galtier. Les joueurs sont prévenus, ils devront tout donner pour se racheter et ainsi éviter de mettre en colère leur bouillant entraîneur.

Pour motiver leurs joueurs, les deux entraîneurs ont décidé de les placer face à leurs responsabilités. "On ne va pas là-bas en victime. La seule chose qui me fait peur, c'est la pelouse. Mais on connaît cette équipe de Saint-Etienne, ce qu'elle est capable de faire. Il ne faudra pas refaire un non-match. Il faut se remettre dans le droit chemin, et qu'on soit capable de proposer autre chose", insiste Girard. "Nous allons voir très rapidement si le groupe à la qualité que je lui prête, s'il est capable de faire une bonne deuxième partie de saison", affirme de son côté Christophe Galtier. Les joueurs sont prévenus, ils devront tout donner pour se racheter et ainsi éviter de mettre en colère leur bouillant entraîneur.

AFP