ASM-LFP, un accord "irrévocable"

ASM-LFP, un accord "irrévocable"

Publié le , modifié le

Le vice-président de l'AS Monaco Vadim Vasilyev a jugé mercredi dans le Figaro que l'accord passé entre son club et la Ligue de football professionnel était "irrévocable", en dépit du mécontentement de plusieurs dirigeants de clubs.

"Je suis très étonné que ce dossier, conclu avec un président démocratiquement élu et qui a été validé par une large majorité du conseil d'administration de la Ligue soit encore contesté", a déclaré M. Vasilyev au Figaro. "Toutes les procédures ont été respectées. Le débat est clos. Cet accord est irrévocable. Qui va vouloir investir dans le football français si l'on conteste chaque décision ?", s'est-il interrogé.

Jeudi, le dossier sera évoqué lors d'une réunion de l'UCPF, le syndicat des clubs professionnels, puis à l'occasion d'un conseil d'administration de la Ligue dans l'après-midi. Aux termes d'un accord validé le 23 janvier, Monaco doit verser 50 millions d'euros en deux ans à la LFP pour garder son siège social en Principauté, ce qui lui offre une fiscalité très avantageuse par rapport aux autres clubs de Ligue 1.

50 millions d'euros, c'est mieux que 0

Mais sept dirigeants de club (Jean-Claude Blanc pour le PSG, Vincent Labrune pour Marseille, Michel Seydoux pour Lille, Laurent Nicollin pour Montpellier, Loïc Féry pour Lorient, Jean-Louis Triaud pour Bordeaux et Jean-François Fortin pour Caen) ont adressé deux courriers à la LFP pour le contester et ont annoncé qu'ils allaient saisir le Conseil d'Etat pour demander son annulation. Ils jugent la somme à payer par Monaco trop modeste au vu de l'avantage fiscal dont bénéficie l'ASM, que la LFP aurait chiffré entre 50 et 60 millions d'euros par an. Ils regrettent aussi des "négociations secrètes" et la "convocation en urgence du conseil d'administration sans ordre du jour et sans concertation avec l'UCPF", le syndicat des clubs professionnels.

"L'ASM participe au championnat français depuis 90 ans sans rien payer. On a trouvé un équilibre avec la Ligue. Je pose la question: est-il mieux d'avoir 50 millions d'euros ou zéro", s'interroge encore le vice-président du club de la Principauté. La semaine dernière, le président de la LFP Frédéric Thiriez avait lui aussi qualifié de "définitive et irrévocable" la décision de passer un accord avec Monaco.

AFP