Arles-Avignon joie Ndiaye Psaume Piocelle 05 2010
Ndiaye, Piocelle et Psaume (Arles-Avignon) heureux ! | AFP - Pat Valasseris)

Arles-Avignon, quel pataquès !

Publié le , modifié le

Michel Estevan est-il toujours l'entraîneur d'Arles-Avignon ? Prétendument viré vendredi après midi (selon le manageur général du club Luis de Souza), le coach de la montée dans l'élite aurait finalement sauvé sa place, la direction du club démentant formellement cette information dans un communiqué. En tous, cas un bel embrouillamini à six semaines de la reprise du championnat

Reçu dans l'après-midi par le co-président du club Marcel Salerno, l'entraîneur se serait vu adresser de nombreux reproches qui ont conduit à son licenciement. Il n'a pas souhaité faire de commentaires, de même que M. Salerno. La direction du club a ensuite démenti l'information dans la soirée. "Contrairement aux rumeurs infondées selon lesquelles Michel Estevan serait  limogé, l'ACA, par la voie de ses deux co-présidents, précise que Michel Estevan  est toujours l'entraîneur de l'AC Arles-Avignon", a-t-elle indiqué dans un  communiqué. "Ce dernier est attendu demain mercredi sur son lieu de travail pour  conduire l'entraînement, à l'issue duquel il rencontrera les présidents Salerno  et Perrot. Lesquels, surpris de voir le club, convoqué devant la commission  juridique de la Ligue de Football Professionnel, à la demande de Michel Estevan  et ce, malgré les accords traités ces derniers jours, évoqueront les suites de  cette convocation", a-t-elle ajouté. Ce nouvel épisode dans la crise que traverse le club depuis son accession à  l'élite, intervient dix jours seulement après l'annonce d'une prolongation de  deux ans du contrat d'Estevan, artisan de la montée, et à seulement six semaines  du début du Championnat.

Lundi, M. Estevan n'avait pas caché sa colère à l'occasion de la reprise de  l'entraînement, une douzaine de joueurs seulement ayant répondu à la  convocation, en l'absence des deux co-présidents et principaux actionnaires du  club, Marcel Salerno et François Perrot.   "Les vacances n'ont pas été bien bonnes et il semble que la rentrée ne soit  que pour moi. J'avais un programme mais force est de constater que je n'ai  qu'une partie de l'effectif. Et encore les contrats ne sont-ils pas signés, que  ce soit pour le staff ou les joueurs", avait-il déclaré. 

"Je suis ennuyé et agacé. On ne mérite pas ça, d'autant qu'en ce qui  concerne le stade et les abonnements, tout va bien", avait-il ajouté. Le manageur général, M. De Souza, avait estimé qu'il n'y avait pas lieu  d'être inquiet, la vraie rentrée n'ayant lieu que mercredi. "Tout va rentrer  dans l'ordre et les contrats de tous, y compris l'entraîneur, seront confirmés",  avait-il dit. Le 18 juin, Arles-Avignon avait annoncé la prolongation du contrat de  l'entraîneur pour deux ans. Son limogeage, qui s'ajoute à la mise sur la touche,  début juin, du président Jean-Marc Conrad, en désaccord avec les actionnaires,  plonge définitivement le club dans la crise pour son accession à l'élite. Seul élément positif, le capitaine Sébastien Piocelle, 31 ans, a lui  prolongé son contrat de deux ans dans la journée.