Edinson Cavani (PSG-Caen)
Après beaucoup de maladresse, Cavani a fini par trouver le chemin des filets, comme Ibrahimovic | FRANCK FIFE / AFP

Après la gifle de City, Paris met une claque à Caen 6-0

Publié le , modifié le

Paris a digéré son élimination en Ligue des champions en écrasant Caen 6-0 en match décalé de la 34e journée de Ligue 1. Secoué en première période, le PSG a mis les Normands KO grâce à Zlatan Ibrahimovic, double buteur et double passeur décisif. Voilà le Suédois à 32 buts inscrits en championnat cette saison.

Est-ce par ce qu'il s'est fait tailler de nombreux costards après l'élimination de son équipe en Ligue des Champions mardi que Laurent Blanc est arrivé en survêtement ? Un choix étonnant de l'entraîneur parisien, toujours tiré à quatre épingles sur le banc. Bien sûr, c'est anecdotique mais c'est le signe que quelque chose s'est cassé à City et qu'il va falloir terminer cette saison coûte que coûte. Cela s'est vu sur le terrain avec des errements qui auraient pu être coupables si Caen n'avait pas vendangé ses occasions (15e, 17e), n'était pas tombé sur un Sirigu impeccable face à Nkololo (14e) et Ntibazonkiza (44e) ou ne s'était pas heurté au pied de Stambouli sur sa ligne (43e). Dans une ambiance qui ressemblait plutôt à un enterrement, Paris a mis du temps à donner de la voix, porté par le seul Matuidi. Un bon gros diesel mais encore trop puissant pour la Ligue 1. En mode poids lourd cette saison, Zlatan Ibrahimovic a écoeuré les Caennais à lui seul et s'est rapproché des 37 buts de Carlos Bianchi en 1977-78. Auteur d'un doublé, le Suédois en est déjà à 32 et n'avait jamais autant marqué en championnat sur une saison. Avec quatre encore à jouer, le record absolu de 44 buts (Skoblar) devrait tenir bon.

Ibrahimovic à la chasse de Bianchi

Le Suédois a ouvert le score après un beau loupé de Yahia. Servi par Di Maria, il a trouvé la mire aux 20 mètres (12e). Son deuxième but est une reprise millimétrée sur un centre tout aussi précis de Kurzawa (57e). Ibrahimovic sait aussi se muer en passeur. C'est lui qui a trouvé Matuidi dans la surface juste avant la pause pour le 2-0 (45e+2) puis Di Maria. Pris en grippe par le Parc des Princes depuis plusieurs semaines, Edinson Cavani a lui rendu une copie bien plus banale. De nombreux loupés et mauvais choix que son but "facile" n'a pas réussi à effacer. Plus que jamais la question d'un buteur s'impose dans les plans futurs du PSG, surtout si Ibrahimovic quitte le club. Une fois le score acquis, Paris a déroulé et enfoncé de pauvres normands qui n'y sont plus depuis deux mois. Angel Di Maria s'est rappelé au bon souvenir des supporters. Totalement absent de la double-confrontation avec les Citizens, l'Argentin a réussi une louche somptueuse (4-0, 52e). Dommage qu'il ne fasse ça qu'en L1… Entré en deuxième mi-temps, Maxwell a clôturé la marque après un bon relais avec Cavani (6-0, 76e). Ce large succès va donner un peu de baume au cœur des Parisiens qui vont préparer plus sereinement la finale de la Coupe de la Ligue samedi prochain contre Lille.

Réa​ctions

Patrice Garande (entraîneur de Caen): "J'avais évoqué avant (la rencontre) que c'était de grands joueurs, un grand club, une grande équipe et qu'avec l'orgueil ils allaient réagir. Après ce que je n'imaginais pas, c'est qu'on ait autant d'apathie, qu'on ne soit pas capable de les pousser dans leurs retranchements. C'est ce que j'aurais aimé. Pour nous le match a duré onze minutes. Au départ c'est bien, puis deux contrôles en bois, buts, et après notre jeu se liquéfie. Depuis qu'on acquis ce maintien, il manque beaucoup de choses. On a pris six buts, vous allez me parler de l'animation défensive mais le match on le perd parce qu'avec le ballon on a été catastrophique. On a montré beaucoup trop de limites".

Blaise Matuidi (milieu du Paris SG): "C'est vrai qu'on est tous, comme les gens qui aiment le Paris SG, le football français, très déçu de cette élimination (en Ligue des champions). Maintenant, il faut passer à autre chose, c'est ce qu'on a essayé de faire aujourd'hui en prenant du plaisir, en marquant des buts sans en prendre. Bien sûr que c'est difficile, on avait encore la tête dans le sac, mais la vie continue et il faut repartir. On a encore deux objectifs à atteindre pour ne pas +détruire+ la saison, on va s'en donner tous les moyens."