Frédéric Antonetti
Frédéric Antonetti | AFP PHOTO / GLYN KIRK

Antonetti: "Nous sommes dans une bonne dynamique"

Publié le , modifié le

Victorieux jeudi en Europa League sur le terrain de l'Etoile Rouge de Belgrade, le Stade Rennais se déplace dimanche à Montpellier avec beaucoup d'ambitions pour la 3e journée de L1: "Nous sommes dans une bonne dynamique", reconnaît son entraîneur Frédéric Antonetti devant la presse.

Q: Une belle victoire à Belgrade (2-1) dans une chaude ambiance, rien de mieux avant d'aller défier Montpellier dimanche ?
R: "Cela restera un souvenir inoubliable. C'est pour ce genre de match que l'on joue au foot. J'adore quand c'est chaud comme cela. C'est exceptionnel pour mon groupe d'avoir vécu cette rencontre. En terme d'expérience, pour progresser, il n'y rien de tel".

Q: Après un match d'une telle intensité, comment abordez-vous le déplacement à Montpellier ?
R: "Sereinement. Je pense que nous sommes dans une bonne dynamique. On va retrouver une ambiance chaude. Il va falloir être présent. On a fait tourner l'effectif donc nous n'aurons pas l'excuse de la fatigue. Montpellier est en plein boum en ce début de saison. Je les ai vus jouer. C'est une équipe très équilibrée qui pose des problèmes à tout le monde. On l'a vu contre Lille. C'est encore un bon match à jouer."

Q: Ne craignez-vous pas une décompression en championnat après ce match de Coupe d'Europe ?
R: "Non. J'ai prévenu les gars qu'un match de L1 peut-être plus difficile qu'un match de Ligue Europa. C'est aussi pour cette raison que j'ai décidé de faire tourner l'effectif et ce sera encore le cas dimanche. Il faut que le groupe vive, que tout le monde se sente concerné. À Montpellier, nous allons jouer le deuxième des quatre matches programmés en dix jours."

Q: Avec 15 buts pour les 5 premiers matches, votre équipe semble offensivement mieux armée que l'année dernière...
R: "On a une bonne équipe, de la fraîcheur, de l'enthousiasme. Les jeunes ont pris une année de plus et doivent confirmer toutes leurs qualités. On l'a vu jeudi soir à Belgrade. Mais la vraie différence c'est que l'on est capable de marquer à tout moment. On a inversé le rapport de force de la saison dernière où l'on subissait un peu trop. Et lorsque l'on prenait un but on savait que l'on ne pouvait pas revenir."

AFP