L'entraîneur de Rennes Frédéric Antonetti
L'entraîneur de Rennes Frédéric Antonetti | AFP - Damien Meyer

Antonetti: "Je ne suis pas inquiet"

Publié le , modifié le

Frédéric Antonetti, l'entraîneur du Stade Rennais qui se déplace à Montpellier vendredi pour la 27e journée de L1, n'est "pas inquiet" face à la mauvaise passe de son équipe, qui n'a gagné qu'un seul de ses cinq derniers matches.

Q: Vous aviez confié samedi dernier après le nul contre Sochaux  (2-2) avoir des interrogations sur le niveau de jeu de votre équipe...
R: "Sur les deux derniers matches (0-2 à Lille auparavant, ndlr), on a perdu nos fondamentaux, notre collectif, qui nous permettent de faire des résultats. Il faut retrouver une homogénéité sur le plan physique et par rapport à notre style de jeu. Il faut que les nouveaux (Alou Diarra, Konradsen, John Mensah et Ilunga, ndlr) s'intègrent à notre plan de jeu. C'est la difficulté que j'ai aujourd'hui. Mais je n'ai pas beaucoup de temps car on est en pleine compétition et non en phase de préparation".

Q: Avez-vous vu cette semaine de quoi lever ces interrogations?
R: "Je réserve ma réponse aux joueurs. Je suis en période de réflexion...  Mais à chaque entraînement on essaie de répéter nos gammes, ce qui va se passer en match et, surtout, remettre tout le monde en condition physique".

Q: Etes-vous inquiet?
R: "Non. On a nos pépins du moment, avec trois joueurs qui reviennent fatigués de la CAN (Boye, Cheick Diarra et Pitroipa), des joueurs à intégrer, Konradsen et Alou Diarra qui sont restés inactifs un certain moment, la blessure d'Alessandrini (pour 6 mois), la longue blessure de Pajot (depuis le  20 janvier), qui nous apportait beaucoup. C'est un constat que je fais, mais je ne suis pas inquiet".

Q: Vos joueurs ont-ils manqué de détermination à Lille et contre Sochaux?
R: "Je parlerais plus de manque de concentration que de détermination. Contre Sochaux, on a surtout raté notre match techniquement".

R: Le match contre Montpellier puis la réception de Saint-Etienne vendredi prochain constituent-ils des tests pour mesurer vos ambitions?
Q: "Montpellier est un match face à une équipe costaud, donc oui on peut parler de test, comme la semaine prochaine. Et cette année les confrontations directes vont avoir une grande importance car il y a beaucoup d'équipes concernées (par la lutte pour l'Europe). Ce n'est pas un tournant, mais un match important. On veut se situer dans la course jusqu'au bout, donc il ne  faut pas lâcher. Mais je veux bien perdre les deux prochains matches et gagner les dix autres. Il faut qu'on retrouve un allant qui nous a permis d'être là aujourd'hui".

AFP