Anne Hidalgo-Nasser Al Khelaïfi PSG
La maire de Paris Anne Hildago en discussion avec le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi | AFP - FRANCK FIFE

Anne Hidalgo et le PSG démentent une éventuelle revente du Parc des Princes

Publié le , modifié le

La maire de Paris, ainsi que le PSG, ont tenu à démentir formellement les informations révélées par Le Parisien ce vendredi. A l'AFP, Anne Hidalgo a récusé le fait de discuter de la vente du Parc des Princes au Qatar. Le quotidien avançait pourtant que des sommes avaient déjà été évoquées - on parle d'un chiffre entre 80 et 400 millions d'euros -. Le Parc des Princes, qui appartient à la ville de Paris depuis son inauguration en 1972, coûte un million d'euros en entretien à la capitale et une éventuelle revente "n'était pas un sujet tabou" selon l'élue socialiste.

L'information du Parisien n'a pas tardé à faire réagir ! L'éventuelle revente du Parc des Princes au Qatar est visiblement un sujet sensible et Anne Hidalgo, la maire de Paris, a tenu à mettre les choses au clair. Contrairement à ce qu'avance le quotidien dans son édition de vendredi, "il n'y a pas de discussions" entre la maire et le Qatar. "Je démens totalement" a assuré l'élue PS. La vente du Parc des Princes, propriété de la ville de Paris, n'est pas dans les tuyaux. Même son de cloche du côté du PSG qui a confirmé ce vendredi "que l'acquisition du Parc des Princes par le club n'était pas du tout d'actualité." Et ce n'est pas un problème d'argent alors que le Parisien avançait que le prix demandé par la mairie - aux alentours de 100 millions d'euros - avait refroidi les ardeurs du Qatar. Le PSG, qui appartient à Qatar Sports Investments (QSI), bénéficie depuis 2013, et pour 30 ans, d'une convention d'exploitation du stade, une des enceintes qui accueillera des matches de l'Euro-2016 de football en juin prochain. Cette convention, souligne la Ville de Paris dans un communiqué, "prévoit la réalisation de travaux d'envergure pour 75 millions d'euros avant l'Euro-2016, financés par le club".

"Pas d'actualité"

"Ces travaux, complétés par les travaux de la Ville, ont permis la modernisation rapide et qualitative entre mars 2013 et août 2015 de cet équipement sportif de renommée mondiale", ajoute-t-elle. Cette convention "comprend également une redevance au bénéfice de la Ville de Paris, composée d'une part fixe de 1 million d'euros par an et d'une part variable liée à l'évolution du chiffre d'affaires du club réalisé au Parc des Princes", selon le communiqué. "La vente de l'enceinte n'est donc pas du tout d'actualité", assure la Ville. "Sur la méthode, la Ville de Paris souligne par ailleurs qu'un sujet aussi complexe que la cession du Parc des Princes impliquerait des procédures administratives lourdes, une concertation avec les élus du Conseil de Paris et des études précises, réalisées longtemps en amont et de façon transparente et publique", fait-elle valoir. "Par ailleurs, il faudrait établir l'intérêt pour la Ville à passer de la convention d'occupation actuelle à une cession du Parc des Princes", conclut-elle.