Anigo
José Anigo va quitter Marseille en fin de saison. | ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Anigo: "Rester entraîneur? Une connerie"

Publié le , modifié le

Propulsé entraîneur de l'OM après l'éviction d'Elie Baup en décembre dernier, José Anigo a assuré qu'il ne coacherait plus la formation olympienne à l'issue de la saison. Selon le profil établi par la direction phocéenne, Christian Gourcuff aurait le profil idéal.

José Anigo le sait : il n'a pas que des amis. Lorsque Vincent Labrune lui demande expressément de prendre la succession d'Elie Baup, l'ancien latéral de l'OM se doute qu'il va cristalliser les doutes, les critiques, les suspicions. A-t-il les compétences pour entraîner un club du standing de l'Olympique de Marseille ? "J'ai eu beaucoup de temps libre", avait-il déclaré. "Je suis parti à l'étranger, j'ai vu pas mal de choses. Je suis peut-être même meilleur qu'avant". Possible. En tout cas, le président marseillais ne l'a pas réquisitionné pour ses connaissances dans le domaine tactique, mais pour qu'il ravive chez ses joueurs "une mentalité de gagneur". Fort de ses deux "remontadas" contre Lyon et Bordeaux (l'OM mené 2-0 puis revenu à 2-2), et de ses victoires contre Toulouse (2-1) et Reims (2-0), José Anigo est en passe de remplir de contrat-là. 

"Je ne suis pas si puissant que ça"

Avec l'OM, on ne sait jamais sur quel pied danser. Annoncé comme intérimaire dès l'éviction d'Elie Baup, José Anigo a finalement été confirmé dans ses fonctions de coach de la formation phocéenne jusqu'à la saison prochaine. Dans l'Equipe, il le jure, il n'ira pas plus loin :"ça serait une connerie. Non seulement je ne veux pas rester, mais ce n'est pas non plus dans l'intérêt du club". A sa nomination, les mauvaises langues s'étaient déliées, arguant la prétendue ambition du directeur sportif de devenir l'homme fort de l'OM, et de mettre sa patte dans tous les dossiers. Ce à quoi il répond, simplement :"l'homme fort c'est le président. Je prends ma nomination comme une marque de confiance. Je ne me sens pas si puissant que ça, je dois avoir des résultats. Sinon, je vais avoir une étiquette de loser". 

Dépeint comme un meneur d'hommes, José Anigo souffre de ne pas être considéré à sa juste valeur. Anigo, ce n'est pas qu'une "gueule". C'est aussi et surtout, un vrai tacticien :"Quand on dit que je suis un meneur d'hommes, ça me fait chier. Je sais bâtir une séance, mettre en place un schéma de jeu... J'ai des arguments. On arrive pas en finale de la Coupe UEFA par le Saint Esprit (en 2003/2004, contre Valence, ndlr).

Christian Gourcuff pressenti  

Preuve qu'il ne voit pas au delà des six prochains mois, José Anigo travaille avec Vincent Labrune sur le portrait-robot du futur coach de l'OM :"Il faut quelqu'un capable de gérer des joueurs confirmés, et la progression de jeunes joueurs. Il y a des pistes françaises et étrangères". Le profil idéal du coach souhaité par la direction olympienne pourrait coller à Christian Gourcuff. Si l'on espère toujours le prolonger du côté de Lorient, l'entraîneur-formateur arrive en fin de contrat avec le club breton :"Ici à Lorient on est encore dans l'espoir de le voir prolonger, indique Thomas Lavaud, qui suit les Merlus pour France Bleu. Son envie à lui est clairement de continuer ce qu'il a construit au FCL. C'est l'homme d'un club. Sa seule autre expérience à Rennes s'était soldée par un échec. Je ne vois pas où il pourrait rebondir ailleurs en France". Vincent Labrune, lui, voit très bien. Christian Gourcuff, souvent comparé à Arsène Wenger, plait beaucoup au dirigeant marseillais. Quant à savoir s'il pourra cohabiter avec José Anigo... C'est une autre histoire. 

Jean Charbon