André Villas-Boas affirme qu'il restera à l'OM la saison prochaine, "mais à certaines conditions"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
André Villas-Boas est l'entraîneur de l'Olympique de Marseille depuis le début de la saison
Malgré le départ d'Anodin Zubizarreta, André Villas-Boas est toujours l'entraîneur de l'Olympique de Marseille. | Pascal GUYOT / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Annoncé sur le départ de l'Olympique de Marseille il y a plusieurs semaines en raison des difficultés financières du club phocéen, André Villas-Boas a annoncé ce mardi qu'il devrait rester la saison prochaine "mais à certaines conditions". L'entraîneur portugais souhaite en effet obtenir des garanties quant à la saison prochaine, concernant ses prérogatives et celles d'Andoni Zubizarreta, mais également sur les investissements que sont prêts à réaliser les dirigeants marseillais lors des prochains mois afin de préparer au mieux la Ligue des champions.

André Villas-Boas sera-t-il l'entraîneur de l'Olympique de Marseille la saison prochaine ? Après avoir mené le club phocéen à une qualification pour la Ligue des champions, scellée par l'annonce de la fin de la saison 2019-2020 prononcée jeudi dernier, l'entraîneur portugais a fait un appel du pied à ses dirigeants sur les antennes de RMC ce mardi. "Je le dis sincèrement, je suis très bien à Marseille, je n'ai pas envie de chercher d'autres clubs ou d'autres options", a notamment déclaré Villas-Boas.

Le pouvoir "d'exécuter des décisions"

Mais le technicien, actuellement confiné au Portugal, son pays d'origine, a précisé le fond de sa pensée. Substantiellement, ce qu'a annoncé Villas-Boas mardi ressemble à ses déclarations de janvier dernier. D'abord, au niveau de l'organigramme du club marseillais. Au début de l'année 2020, l'entraîneur portugais déplorait ainsi l'arrivée de Paul Aldridge au club, qui réduisait de fait le champ de responsabilités d'Andoni Zubizarreta, dont Villas-Boas est proche. "Le plus important pour moi est de comprendre ce qu'il va se passer sur le plan structurel", a ainsi déclaré l'entraîneur portugais dans l'émission Team Duga ce mardi. "Je dois comprendre plus ou moins qui seront les personnes à mes côtés, si Andoni et Albert (Vincent, ndlr), seront toujours des personnes avec du pouvoir ou non."

à voir aussi Deuxième et qualifié pour la Ligue des champions, Marseille vise maintenant "la pérennité" Deuxième et qualifié pour la Ligue des champions, Marseille vise maintenant "la pérennité"

Alors qu'il est engagé jusqu'en juin 2021 avec l'OM, André Villas-Boas souhaite donc que ses collègues Andoni Zubizarreta et Albert Vincent, respectivement directeur sportif et directeur du scouting, continuent d'avoir des prérogatives leur permettant "d'exécuter des décisions." Ensuite, le coach portugais a, comme en janvier dernier, conditionné son départ ou non du club phocéen à l'ambition sportive du club : "J'ai envie de jouer la Ligue des champions à Marseille, mais je veux savoir à quel point on est dépendants économiquement sur notre projet. Ça veut dire que si on n'a pas les conditions pour faire un bon travail, ce n'est pas la peine je pense."

Des garanties sur le mercato estival

Avec l'épidémie de Covid-19 et la crise qui en découle, l'OM n'est pas épargné et souffrira économiquement dans les prochains mois. Mais le mécanisme de fair-play financier (FPF) a été suspendu par l'UEFA pour la saison prochaine et pourrait permettre à l'OM d'investir cet été. "Il faut qu'on ait la possibilité avec Andoni de faire un mercato de qualité, dans des conditions qui ne seront pas les meilleures mais qui nous permettront d'être compétitifs", a déclaré Villas-Boas sur les antennes de RMC.

Après avoir disputé la Ligue des champions avec Chelsea et le Zénith Saint-Pétersbourg, André Villas-Boas pourrait retrouver la plus grande des compétitions européennes sur le banc de l'OM. Mais pour cela, les dirigeants marseillais devront donc lui apporter des garanties solides d'ici à cet été, avant le début de la saison 2020-2021 de Ligue 1 prévu pour le 23 août prochain. Et si ce n'est pas le cas, l'entraîneur portugais a des idées plein la tête pour la suite de sa carrière, comme il l'a précisé : "Je dois encore faire le Japon. J'ai envie de découvrir la culture japonaise et le football japonais." Des déclarations qui ne manqueront pas d'arriver aux oreilles du président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud.