André Ayew fait souffler l'OM

André Ayew fait souffler l'OM

Publié le , modifié le

Dans des conditions très particulières, l'OM a retrouvé le chemin de la victoire ce vendredi, contre l'AC Ajaccio (3-1) qui file vers la Ligue 2. André Ayew, auteur d'un triplé, a permis aux Phocéens d'oublier quelque peu les sifflets et bêlements d'un Stade Vélodrome particulièrement remonté.

C'est une soirée que les joueurs phocéens ne sont pas prêts d'oublier. Entre les banderoles hostiles ("Joueurs, dirigeants, assumez vos responsabilités", "Des années pour faire un grand club, une saison pour le détruire") et les chants réclamant les démission du coach José Anigo et du président Vincent Labrune, les Marseillais ont remporté une victoire bien étrange ce vendredi contre la lanterne rouge ajaccienne. Même André Ayew, auteur d'un joli triplé (4e, 60e, 76e), n'a pas réussi à calmer les sifflets du Vélodrome, déterminé à montrer son mécontentement.

Déjà plus de points que pendant tout le mois de mars...

Sous une bronca permanente, les Marseillais ont vu leurs adversaires, bons derniers de Ligue 1, résister avec brio : en première période, Sigamary Diarra a touché le poteau d'un Steve Mandanda complètement battu, puis Junior Tallo, à l'heure de jeu, a même réussi à réduire la marque (62e, 2-1) malgré une flagrante position de hors-jeu. Mais les Corses ont craqué à un quart d'heure de la fin, sur une nouvelle réalisation de l'aîné des frères Ayew. Cette dernière les précipite irrémédiablement vers la Ligue 2 puisqu'à six journées de la fin, avec un match d'avance, ils possèdent toujours sept longueurs de retard sur Sochaux, 19e, et quinze points sur le premier non-relégable, Evian TG. 

Les hommes de José Anigo reviennent eux provisoirement à hauteur de Lyon (5e) au classement. Car si la pire équipe de L1 en mars (deux points pris sur 15 possibles) n'a toujours pas convaincu ce soir, elle a assuré l'essentiel en gardant le droit de rêver d'Europa League. 

Déclaration :

José Anigo : "Il y a des choses dans la vie qui sont bien plus dures que ce que j'ai vu ce soir, ces choses là sont préparées avant. Peu importe le score, je suis venu pour saluer le travail de mes joueurs, le professionnalisme et essayer de vous faire comprendre qu'on se battrait jusqu'au bout, seuls ou avec les supporters s'ils veulent nous accompagner. J'ai un challenge, amener l'équipe le plus haut possible. On a 48 points, on bouge encore, on n'est pas largué. J'aurais préféré que les gens soient avec moi, il ne le sont pas."

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer