Carlo Ancelotti affirme que le PSG n'a pas besoin de recrues
Carlo Ancelotti | KARIM JAAFAR/AFP

Ancelotti: "Un grand pas vers le titre"

Publié le , modifié le

Le Paris SG, vainqueur 1-0 à Troyes pour la 32e journée de Ligue 1 malgré une "performance moyenne", a cependant fait "un grand pas vers le titre", a estimé son entraîneur Carlo Ancelotti.

Vous vous êtes rapprochés du titre...
Carlo Ancelotti :  "Oui, on a fait un grand pas vers le titre, avec dix points d'avance.  C'est une nouvelle étape. Nous devons rester concentrés, et maintenant  l'objectif est d'aller chercher le championnat le plus vite possible. Et il y a  aussi la Coupe de France. Il reste encore des matches très importants cette  saison. Le résultat est très bon, surtout parce que la performance était  moyenne. L'aspect physique était important, mais nous avons aussi perdu de la  concentration. Mais c'est à chaque fois difficile après la Ligue des champions.  Troyes a une bonne qualité de jeu, c'est une équipe qui joue ensemble depuis  beaucoup de temps. Ils ont eu de bonnes occasions en première mi-temps. Sirigu  a été très bon aujourd'hui".
   
Pourquoi avez-vous sorti Gameiro, qui d'ailleurs n'était pas content ?
C.A : "Je l'ai sorti parce que je pensais qu'il était pénalisé après avoir  raté un but dans les premières minutes. Il n'était pas content ? Moi non plus  après la première mi-temps, donc on était deux pas contents. J'ai dit à mes  joueurs à la mi-temps que je n'étais pas content après une première mi-temps  moyenne".
   
Qu'avez-vous pensé de Matuidi, Motta et Beckham ?
C.A :  "Cette saison, Blaise (Matuidi) a été le joueur avec le plus de  régularité. Je l'ai envoyé à gauche et il a suivi le centre, et il a marqué.  Avec Motta, son expérience et ses qualités de milieu défensif, l'équipe est  plus libérée et a un jeu plus clair. Beckham ? Je suis très content de David,  qu'il joue vingt ou vingt-cinq minutes. Il a fait un bon match contre le Barça,  même si tout le monde n'est pas d'accord avec moi, mais après Motta est revenu,  donc c'est plus difficile pour lui de retrouver sa place".

AFP