Le Marseillais Brandao pris en tenaille à Ajaccio
Le Marseillais Brandao pris en tenaille à Ajaccio | PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Ajaccio s'offre Marseille 1-0

Publié le , modifié le

Les rentrées de Loïc Rémy et Mathieu Valbuena n'ont rien changé à la spirale négative de Marseille (4 défaites de rang). Malgré une foule d'occasions, les Phocéens ont raté le coche à Ajaccio. Pire, ce sont les Corses qui ont fini par l'emporter sur un but de Benjamin André à la 89e minute. Grâce à cette victoire du courage, l'ACA sort de la zone rouge et relance sa dynamique vers le maintien. Ajaccio fait un bond spectaculaire à la 13e place.

Il y a des signes qui ne trompent pas. Chez un promu qui se bat bec et ongles pour sa survie, le talent ne suffit pas. Monstrueux d'abnégation et de volonté, Nicosie avait montré la voie mercredi en Ligue des champions contre un Lyon suffisant. Deux jours plus tard, Marseille n'a pas fait mieux en championnat sur la pelouse d'Ajaccio. Trop passif, Alou Diarra ne voyait pas arriver le tacle ravageur d'Anthony Lippini, qui faisait une petite main au passage. La suite ? Servi à droite, Cavalli déposait le ballon à André qui trompait Mandanda assez habilement. Mené 1-0 à la 89e minute, l'OM payait son inconstance devant le but d'Ochoa.

Souvent en position de faire mouche, Brandao et André Ayew avaient vendangé plus que de raison, laissant leur équipe sous la menace d'un coup de boutoir des Corses. Ces derniers l'avait eu plusieurs fois au bout du soulier par Cavalli (21e) ou encore Eduardo (22e), mais c'est bien Marseille qui dominait les débats depuis le coup d'envoi. Le poteau avait même suppléé Ochoa sur une tête de Tibéri (14e). Déveine, manque de réalisme et mauvais coup du sort (deux pénalty non sifflés pour les Phocéens, main sur l'action du but), quand le sort s'acharne, il n'y a plus grand chose à faire. C'est le sentiment que donne Marseille avec cette impuissance chronique.

Eléments clés de l'ancienne réussite marseillaise, Rémy et Valbuena avaient fait le retour après la pause en lieu et place d'une Amalfitano nerveux et d'un autre revenant M'Bia. En manque de rythme et contaminés par leurs partenaires, ils n'ont pas apporté l'étincelle. C'est pourtant peu dire que l'OM a grandement besoin d'eux pour reprendre confiance après ces quatre défaites d'affilée. Engluée à la 8e place avec cette fois un match d'avance sur ses rivaux, l'OM n'est plus très loin du fiasco. A moins qu'une nouvelle Coupe ne rafraîchisse un peu les têtes provençales...

Réactions

Didier Deschamps (entraîneur de l'OM): "Je pense que les joueurs ont fait ce qu'il fallait ce soir. J'estime que l'on a suffisamment d'occasions pour remporter ce match. Malheureusement, quand on ne marque pas, les forces sont décuplées en face et c'est ce qui s'est passé ce soir. On ne gagne pas et l'on n'est même pas capable de tenir le 0-0 à deux minutes de la fin. Cela fait quatre défaites consécutives, la situation devient difficile mais on va se battre pour accrocher la 3e place. Ce sera dur mais on y croit encore".

Olivier Pantaloni (entraîneur d'Ajaccio): "Je dois féliciter les joueurs qui ont livré un gros match ce soir. En première mi-temps, nous avons fait jeu égal avec les Marseillais. On s'est efforcé de produire du jeu. Cela a été plus difficile après la pause face à une équipe aussi puissante qui a tout fait pour l'emporter. On a défendu plus bas et laissé passer l'orage en essayant de profiter, au mieux, de nos situations de contre. Cela nous a profité mais nous avons gardé un jeu offensif. L'OM a, certes, dominé, mais au nombre des occasions, j'estime que nous sommes devant. Je suis satisfait de ces trois points qui nous permettent de rester dans la course".

Xavier Richard @littletwitman